•  

    "Mis en place par Kristi sur son blog The Story Siren et repris en France depuis peu par Lire ou mourir. Le but consiste à faire partager les livres reçus dans sa boite aux lettres chaque semaine (ou moins souvent si on veut) ou les livres achetés ou empruntés en bibliothèque."

     

    Voici donc mon IMM du mois de Juillet 2016.

     

       

       

       

       

     


    votre commentaire
  •  

    "Mis en place par Kristi sur son blog The Story Siren et repris en France depuis peu par Lire ou mourir. Le but consiste à faire partager les livres reçus dans sa boite aux lettres chaque semaine (ou moins souvent si on veut) ou les livres achetés ou empruntés en bibliothèque."

     

    Voici donc mon IMM du mois de Juin 2016.

     

       

       

       

      


    3 commentaires
  •  

    Organisé par titepomme sur Livraddict.

     

    Le challenge consiste à dégommer du pavé que traîne dans votre PàL. Du lourd, du bien gros.
    Les BD, mangas, livres de cuisine, beaux livres ou albums ne sont pas acceptés.

     

     

    Durée du challenge :

    Du 20 juin au 21 septembre 2016 (minuit)

     

    Mes lectures :

     1. La 5e Vague | Rick Yancey | 592 pages

    2. Undone | Cat Clarke | 502 pages

    3. Orgueil et Préjugés | Jane Austen | 393 pages

    4. Le Paris des Merveilles, tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer | Pierre Pevel | 382 pages

    5. Tiger's Curse, book 1 | Colleen Houck | 403 pages


    1 commentaire
  •  

     

    Clary est de retour à New York et la vie est belle : elle s'entraîne pour devenir une chasseuse d'ombres et elle peut enfin appeler Jace son petit ami.
    Mais tout a un prix. Quand Jace commence à s'éloigner d'elle sans explication, elle se rend compte qu'elle a peut-être déclenché des événements qui pourraient bien la conduire à la perte de tout ce qu'elle aime... Même Jace.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    Encore une fois, c'est avec un plaisir non dissimulé que je me suis plongée dans le quatrième tome des aventures de nos amis Chasseurs d'Ombres. Et, encore une fois, ma lecture s'est soldée par un coup de cœur ! J'espère que ça continuera sur cette belle lancée !

    Je ne m'attarderai pas sur l'intrigue étant donné qu'il s'agit d'un tome 4. Je dirais seulement qu'elle est un peu différente dans sa dynamique que celle des trois premiers tomes. En effet, on se concentre ici plus sur les interactions entre les personnages, les complots, les trahisons, même si le tout ne manque pas d'une bonne dose d'action. De plus, les personnages secondaires ont une place beaucoup plus importante dans ce tome, que ce soit Simon, Isabelle, Maia, Alec ou Magnus. Bien évidemment, Jace et Clary restent les personnages phares de l'histoire, mais ils sont moins présents qu'auparavant, ce qui n'est pas pour me déplaire. Au fur et à mesure des tomes, je m'attache de plus en plus aux personnages (même à Simon, si si!), même si mon personnage chouchou reste encore et toujours Magnus !

    Côté écriture, c'est toujours un régal à lire ! La plume de Cassandra Clare paraît tellement facile et évidente que c'en est presque insolent ! L'humour sarcastique et le cynisme sont toujours aussi présents et je me réjouis de lire la suite, d'autant que le fil rouge que l'on suit dans ce tome promet de beaux rebondissements en perspective ! La fin m'a soufflée !

    En bref, nouveau coup de cœur pour cette saga et nouveau coup de maître de la part de Cassandra Clare ! Vivement la suite !

     

      


    votre commentaire
  •  

    "Mis en place par Kristi sur son blog The Story Siren et repris en France depuis peu par Lire ou mourir. Le but consiste à faire partager les livres reçus dans sa boite aux lettres chaque semaine (ou moins souvent si on veut) ou les livres achetés ou empruntés en bibliothèque."

     

    Voici donc mon IMM du mois de Mai 2016.

     

       

       

       

     


    1 commentaire
  •  

     

    Londres, 1889. Quand une victime du choléra est retrouvée dans la Tamise, le Dr Anton Kronberg, bactériologiste de son état, est appelé pour confirmer les causes du décès. Toutes les précautions sont prises pour éviter une épidémie. Les choses auraient pu en rester là si les résultats intrigants de l'autopsie n'avaient poussé Kronberg à s'intéresser de pus près à cette affaire. Alors que Scotland Yard souhaite classer le cas, Kronberg se rapproche de Sherlock Holmes. Et il ne faut que peu de temps au célèbre détective pour percer le secret du médecin qui, en réalité, est... une femme. Un secret qui pourrait la mener droit en prison s'il venait à être révélé. Mais tous deux vont unir leurs forces pour débusquer un criminel aussi redoutable que Jack l'Eventreur...

     

     

    Je tiens à remercier Babelio et les Editions Presses de la Cité pour cette superbe découverte.

    Fan de Sherlock Holmes depuis bien des années, quand j'ai vu ce titre dans la dernière Masse Critique organisée sur Babelio, je n'ai pas hésité une seule seconde à le cocher. Et c'est avec une joie non dissimulée que j'ai pu le lire, découvrant par la même occasion un auteur que je ne connaissais pas.

    L'intrigue a de quoi nous mettre en appétit : une enquête à 'époque victorienne sur fond de tétanos et de choléra, un personnage principal qui a tout pour nous embarquer et une guest star de luxe en la personne de Sherlock Holmes !

    L'histoire donc : un cadavre est retrouvé sur les bords de la Tamise, présentant tous les signes d'une mort due au choléra. C'est au docteur Anton Kronberg que revient la mission de confirmer la maladie comme étant la cause du décès. Mais c'est sans compter sur la présence de Sherlock Holmes, aussi affûté que d'ordinaire, pour que cette enquête banale à première vue ne bascule dans un tout autre registre... Une intrigue passionnante donc, qui ne nous laisse pas un instant de répit tant on est bousculés d'un rebondissement à l'autre sans aucun temps mort. De plus, l'auteur a parfaitement su recréer l'atmosphère de l'époque, des bas-fonds de Londres en passant par le 221B Baker Street. J'ai également beaucoup apprécié le fait que tout ne soit pas résolu à la fin du roman, ce qui laisse présager de nouvelles aventures pour la suite, ce tome étant le premier d'une trilogie. J'espère que Presses de la Cité ne va pas nous faire languir trop longtemps avant la sortie du deuxième tome !

    Les personnages sont tous fascinants, à commencer par notre héros, Anton Kronberg, ou plutôt devrais-je dire notre héroïne Anna Kronberg ! Voilà ce qui fait la plus grande force de ce personnage, cette dualité dans sa personnalité. Une femme se grimant afin de pouvoir exercer un métier exclusivement masculin, ayant tout de même bien en tête les répercussions catastrophiques que la découverte de son secret engendreraient, elle n'en est pas moins déterminée, intelligente et elle ne se laisse pas faire par le caractère difficile de notre bon ami Holmes. D'ailleurs, parlons un peu de notre cher détective : il est tout à fait conforme au personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle, dans toutes les facettes de sa personnalité. J'ai aimé le fait qu'il soit un personnage secondaire mais qu'il prenne tout de même une place très importante dans le roman. Les autres personnages nous feront ressentir soit du dégoût soit de la compassion.

    La plume de l'auteur est hyper agréable et on sent que son métier de microbiologiste a été mis au service des aspects bactériologiques présents dans ce livre. Le tout me semble particulièrement bien recherché, de même que la mise en contexte dans l'époque victorienne.

    En bref, un énorme coup de cœur pour cette découverte ! J'ai hâte de lire la suite !

     

      


    2 commentaires
  •  

     

    When the crew of the Enterprise is called back home, they find an unstoppable force of terror from within their own organization has detonated the fleet and everything it stands for, leaving our world in a state of crisis.

    With a personal score to settle, Captain Kirk leads a manhunt to a war-zone world to capture a one man weapon of mass destruction.

    As our heroes are propelled into an epic chess game of life and death, love will be challenged, friendships will be torn apart, and sacrifices must be made for the only family Kirk has left: his crew.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    "Espace, frontière de l'infini, vers laquelle voyage notre vaisseau spatial USS Enterprise. Sa mission de cinq ans : explorer de nouveaux mondes étranges, découvrir de nouvelles vies, d'autres civilisations, et au mépris du danger avancer vers l'inconnu..."

     

    Je poursuis ma découverte de l'univers de Star Trek avec la novélisation du second film de J.J. Abrams, Star Trek Into Darkness. C'est avec ces films que j'ai découvert la franchise et j'adore ces novélisations !! Ce second opus est encore meilleur que le premier !

    Je ne vous spoilerai pas l'histoire pour celles et ceux qui n'ont pas vu le film, mais on retrouve tous les ingrédients qui en ont fait un blockbuster. La trame du film est parfaitement respectée, et elle se retrouve même enrichie par une multitude de détails et d'explications qui donnent encore plus de profondeur à l'histoire. C'est un savant mélange d'action, d'aventure, d'exploration spatiale et d'humour que je vous recommande si vous avez aimé le film.

    En ce qui concerne les personnages, ils sont tous fidèles à leur version cinéma. Ma préférence va au duo Kirk/Spock, qui a une dynamique très forte mais aussi très complexe ! J'aime beaucoup également tous les autres personnages, qui sont tous attachants à leur façon. Je pense plus particulièrement à Khan, dont l'histoire tragique nous permet de mieux comprendre ses motivations. En plus, ce qui ne gâche rien, je m'imaginais Benedict Cumberbatch pendant ma lecture, pour faire écho au long-métrage ! J'espère que le troisième film, qui sort cet été chez nous, fera lui aussi l'objet d'une novélisation de cette qualité !

    En bref, nouveau coup de cœur pour une novélisation signée Alan Dean Foster ! J'en veux encore !

     

       


    votre commentaire
  •  

     

    Lilac LaRoux est l'héritière de la plus grande fortune de la galaxie. Tarver, lui, n'est qu'un soldat intergalactique sans particule ni fortune. Dans une société intergalactique ultra hiérarchisée, tout les oppose : l'argent, la famille, la culture, l'éducation, la sensibilité… Ils ne sont théoriquement même pas autorisés à s'adresser la parole. Mais quand le vaisseau spatial qui les transporte s'écrase, ils se retrouvent seuls, sur une planète déserte, et doivent unir leurs forces pour survivre. Mais le plus grand danger qui les guette n'est-il pas leur attirance mutuelle, aberration dans la société dont ils sont issus ? Pourtant, quand d’étranges visions commencent à les assaillir, menaçant leur clairvoyance et leur intégrité, ils doivent baisser leur garde. S’ils ne veulent pas perdre la tête, ils doivent se faire confiance et cesser de jouer leur rang. S’abandonner et se confier, littéralement, l’un à l’autre. Quitte à se laisser submerger par leurs sentiments les plus enfouis… jusqu'à la passion qui pourrait bien être la clé de leur survie.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    J'ai profité du challenge ABC de l'Imaginaire 2016 pour sortir ce premier tome des tréfonds de ma PAL et, pour tout vous dire, je ressors assez déçue de ma lecture...

    Le postulat de départ était pourtant assez tentant : deux naufragés sur une planète déserte (ou pas...), qui tentent par tous les moyens de survivre façon Koh Lanta en attendant les (éventuels) secours. Sur le papier, ça avait de quoi être prenant. Oui, mais voilà : c'est extrêmement long et très répétitif !

    Au niveau de l'intrigue, les événements les plus intéressants se passent au tout début de l'histoire et à la toute fin. Entre les deux, il ne se passe pas grand chose et j'ai souvent eu l'impression de lire toujours la même chose. Ça s'améliore quand même vers la fin, on commence à entrevoir le boin d'une intrigue, mais elle arrive beaucoup trop tard ! Le tout ne m'a donc pas passionnée plus que ça, et je dois vous avouer que j'en étais arrivée à un point où je me fichais pas mal de ce qui pouvait bien arriver aux personnages !

    Parlons-en, d'ailleurs, des personnages ! Non seulement ils n'ont aucune profondeur, mais pour couronner le tout, ils sont clichés au possible ! La riche héritière qui déteste le pauvre soldat mais qui finit par tomber amoureuse de lui ? Sérieusement ? En plus, on ne nous épargne pas les passages dans lesquels la fille fragile a besoin du réconfort de son d compagnon... Ça dégouline de mièvrerie et je déteste ça !!

    Au niveau de l'écriture, l'auteur a décidé d'alterner les points de vue à chaque chapitre et ç'aurait été une bonne idée si elle n'avait pas gardé le même style d'écriture pour les deux personnages... De ce fait, je n'ai pas réussi à m'attacher à eux.

    En bref, une déception, qui ne me donne pas envie de connaître la suite. Je m'arrête donc là pour cette saga !

     

      


    1 commentaire
  •  

     

    Début juin 1982, au plus froid de l’hiver des îles Malouines. Les soldats Pipo et Quiquito, ainsi que vingt-deux autres jeunes recrues ayant déserté l’armée argentine, passent les ultimes semaines de guerre tapis dans l’obscurité d’une grotte souterraine. Terrifiés, ils se cachent avec leurs compagnons d’infortune dans les tunnels de cette île si inhospitalière, où règnent le blizzard et la grisaille. La nuit, ils s'aventurent à la surface pour se ravitailler tant bien que mal. Puis ils regagnent leur tanière au lever du jour, où ils attendent, au son de la radio anglaise, des bombes assourdissantes et des histoires qu’ils se racontent inlassablement, la fin de la guerre. Fogwill tire de ce conflit violent et méconnu un court récit d’une force inouïe. Il nous parle de la guerre, de ces êtres sommés d’y risquer leur peau, pour une cause absurde et perdue d’avance. Impertinent et provocateur, Sous terre est un classique de la littérature argentine, traduit en français pour la première fois.

     

     

    Je remercie Laila et les Editions Denoël pour l'avoir permis de découvrir ce titre.

    Autant être franche d'entrée de jeu : je n'ai pas du tout, mais alors pas du tout accroché à ce roman. Il a beau être un classique de la littérature argentine, j'ai eu beaucoup de mal à aller jusqu'au bout et à ne pas abandonner en cours de route. Je vous avoue même que j'ai lu les dernières dizaines de pages en diagonale...

    Pourtant, le sujet avait de quoi intéresser et c'est la seule raison pour laquelle je lui mets une note positive et non nulle. La guerre des Malouines est un sujet fort méconnu de l'Histoire et même moi, en tant qu'Historienne, je ne la connaissait que de nom, sans vraiment en connaître tous les tenants et les aboutissants. Alors, on ne peut pas dire que le conflit nous soit raconté par le menu, puisque l'on suit le quotidien d'une bande de soldats appelés « tatous » parce qu'ils vivent retranchés sous terre et ne sortent que la nuit pour se ravitailler. Ainsi donc, nous n'avons qu'un point de vue très étriqué du conflit.

    Ensuite, je dois dire que le style de l'auteur m'a complètement perturbée : aucune idée de qui est le narrateur, et je me demande même si l'on n'en change pas en cours de route ! Autant vous dire que j'en suis restée perplexe ! Puis, les personnages, les objets, les lieux : tout a plusieurs noms ! Comment voulez-vous vous y retrouver ? Pour ma part, j'ai été complètement perdue...

    Alors oui, c'est un récit de guerre, donc puissant émotionnellement mais je n'ai rien ressenti puisque je n'ai jamais réussi à entrer dans le récit, trop brouillon pour moi. Nous sommes au plus proches des soldats et donc le vocabulaire et la syntaxe s'en ressentent : les personnages parlent vulgairement et parfois leurs phrases n'ont aucun sens. De plus, les dialogues ne nous indiquent jamais qui parle, ce qui rend la tâche de s'y retrouver encore plus ardue !

    En bref, une lecture qui fut un clavaire pour moi, je suis complètement passée à côté !

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    Portraitiste de talent, dandy, bel esprit, mauvais garçon… et le plus irrésistible des agents secrets de Sa Majesté. Lorsque les meilleurs scientifiques du royaume sont mystérieusement assassinés, Lucifer se lance dans une enquête trépidante, des clubs de gentlemen londoniens aux bas-fonds volcaniques de Naples, tout en déterminant la façon la plus seyante de porter un œillet blanc à sa boutonnière. Une immersion étourdissante dans les arcanes d’un ordre occulte aux pratiques décadentes – et de ses secrets les plus sulfureux.

     

     

    J'aime Mark Gatiss. Voilà, c'est dit ! J'aime Mark Gatiss en tant qu'être humain (pour avoir eu la chance de le rencontrer, je peux vous assurer qu'il est adorable), en tant que scénariste (pour Doctor Who et Sherlock), en tant qu'acteur (encore Sherlock, ou plutôt son frère Mycroft) et maintenant je peux rajouter que j'aime Mark Gatiss en tant qu'auteur. La preuve en est, c'est que j'ai commencé à rédiger cet avis alors que je n'étais pas encore aux deux tiers de ma lecture !

    [Insérer ici une ellipse temporelle...]

    Bon, me revoilà après avoir fini ce premier tome, et je confirme mon énorme coup de cœur ! Tout d'abord, attardons-nous sur le magnifique objet-livre : cette collection du Mois du Cuivre de chez Bragelonne rassemble de vraies pépites ! La couverture est pleine de dorures, le style est steampunk à souhait et la tranche est dorée ! Que demander de plus ? Rajoutons à cela des illustrations qui parsèment tout ce roman et me voilà facilement convaincue !

    Tout ça c'est bien beau, mais qu'en est-il du contenu ? Et bien, je dirais qu'il est parfaitement à la hauteur du contenant ! J'ai passé un super moment de lecture, avec une intrigue bien ficelée, des personnages déjantés et un humour so british à toute épreuve !

    L'histoire est une intrigue policière qui semble classique au premier abord, mais Mark Gatiss réussit le tour de force de nous surprendre à chaque retournement de situation – et ils sont nombreux ! – et je dois avouer que je n'avais absolument rien vu venir ! Je n'ai deviné aucun rebondissement, aucune volte-face des personnages, rien vous dis-je ! Le tout est servi par une plume hyper immersive, qui nous plonge sans mal dans l'ambiance de Londres et de l'Italie, des plus hautes sphères du pouvoir aux plus sombres cloaques.

    Mais la grande force de ce roman, ce sont ses personnages, et plus particulièrement le personnage principal : Lucifer Box. Je serais bien en peine de vous le décrire mais si je devais essayer, je dirais qu'il est un mélange de Sherlock Holmes, Arsène Lupin, James Bond, Dorian Grey et Indiana Jones. Sacré cocktail, non ? C'est un dandy décadent, sarcastique, égoïste, maladroit mais en même temps redoutable, qui ne sacrifie pas le plaisir sur l'autel du travail et qui profite de la (bonne) chair, féminine ou masculine. Ajoutez à cela un humour tout britannique, pince-sans-rire et souvent à contre-courant, ce qui fait que j'ai plusieurs fois éclaté de rire pendant ma lecture, ce qui ne m'arrive pas souvent ! Les autres personnages sont tout aussi jouissifs que notre cher Mister Box, ils sont tous certes un peu manichéens, mais pour ma part, je m'en fiche complètement tant ils sont réussis et à « double tranchant »... Je vous laisse le loisir de découvrir ce que je veux dire par là...

    En bref, un énorme coup de cœur pour ce premier tome, qui confirme mon admiration sans borne pour le travail de Mark Gatiss ! Je me réjouis d'avoir le tome 2 dans ma PAL, ainsi que toute la trilogie en VO... Je vous avais bien dit que j'étais fan ! ;-)

     

         


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires