• 100 000 canards par un doux soir d'orage | Thomas Carreras

     

     

    Anatidaephobia (n.f) : Peur panique à l'idée d'être observé, où que l'on se trouve, par un ou des canards.

    Quand Ginger, globe-trotteuse américaine de 18 ans, débarque à Merrywaters - le bled le plus paumé d'Angleterre - pour participer à un festival de musique, elle est loin de se douter que les canards seront aussi nombreux dans le coin. Ni qu'ils commenceront à l'espionner.

    Ni qu'ils représenteront, peut-être, un danger mortel.

    LA SUITE ?
    AH NON, C'EST TOUT, ON NE VOUS DIT PLUS RIEN !

    Sachez seulement qu'aucun canard n'a été blessé pendant l'écriture de ce livre.

     

     

    Quel OVNI que ce livre ! J'avoue que je ne m'attendais pas du tout à ça et que j'ai été déçue...

     

     

    C'est tout d'abord la couverture, puis le résumé (qui n'en est pas un) qui m'ont incités à acheter ce roman. Je suis très curieuse de ce principe de phobie qu'un canard vous observe et je pensais avoir un thriller psychologique avec ce roman, malgré sa couverture trompeuse. Et je dois avouer que c'est, à ma grande joie, ce que j'ai eu pendant les 100 premières pages. A un moment, ces canards m'ont vraiment fait flipper... Comme Ginger, on ne sait pas ce qui est réel et ce qui ne l'est pas et j'ai apprécié cette ambiguïté. Il faut admettre que cette idée de canards psychopathes est excellente et déjantée à souhait ! En plus, le tout est plein d'humour, ce qui ne gâche rien !

     

     

    Malheureusement, c'est là tout ce que je vais retenir de positif de ce roman... Après les 100 excellentes premières pages, on tombe dans un méli-mélo incompréhensible à cause du changement constant de point de vue. Les personnages sont trop nombreux et, de ce fait, pas assez développés. Changer de point de vue toutes les deux pages n'aide pas à s'attacher aux protagonistes : je n'en ai aimé aucun !! Même les stars que l'auteur greffe à l'histoire ne servent à rien !! L'histoire part vraiment dans tous les sens, et l'ensemble est sans queue ni tête...

     

    De plus, j'ai trouvé le vocabulaire beaucoup trop familier ! Le fait qu'en plus, le tout soit très gore et violent me fait douter du public visé par ce roman qui est, rappelons-le, destiné à la jeunesse ! Alors peut-être que les jeunes de maintenant lisent ce genre de chose, je suis peut-être old school, mais ça, ce n'est pas de la littérature jeunesse !

     

    Ensuite, j'ai trouvé que l'on accordait beaucoup trop d'importance à la religion du Grand Coin : à force de répéter la même chose, ça devient vite lassant... Enfin, j'ai trouvé l'épilogue complètement inutile, la fin se suffisait à elle-même.

     

    En bref, un livre qui aurait pu être tellement plus abouti si l'auteur ne s'était pas éparpillé car l'idée de base est excellente ! Quoi qu'il en soit, vous ne regarderez plus jamais les canards de la même manière !

     

    « Top Ten Tuesday #12Top Ten Tuesday #13 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :