• J'étais là | Gayle Forman

     

     

    Cody a dix-huit ans. Elle n'a pas de père, mais une mère barmaid constamment en mini-jupe, et un avenir pas très rose depuis qu'elle a été recalée de l'université de Seattle qui aurait pu lui permettre de quitter enfin son « Shitburg » natal. Mais tout empire le jour où Meg, sa meilleure amie, sa sœur de cœur, se suicide après avoir avalé une dose massive de poison dans un motel anonyme, non loin de la fameuse université où elle, brillante boursière, avait été acceptée. Lorsque les parents de Meg demandent à Cody d'aller récupérer les affaires de leur fille, celle-ci s'embarque pour Seattle, avec la ferme intention d'en savoir plus sur le geste de son amie.

     

     

    Je remercie la Masse Critique de Babelio ainsi que les éditions Le Livre de Poche pour m'avoir permis de recevoir ce roman.

    J'étais restée sur un sentiment mitigée quant aux romans de Gayle Forman. Autant j'avais adoré Si je reste, autant Là ou j'irai m'avait laissée de marbre et je n'y avais pas retrouvé les émotions du premier tome. Je reste cette fois-ci sur une mini déception...

    Pourtant, le sujet a de quoi donner des idées aux auteurs, et de quoi donner beaucoup d'émotions aux lecteurs. Malheureusement, je n'ai rien ressenti à la lecture de ce roman, malgré le sujet poignant et le postulat de départ très pessimiste. Mais que l'on ne s'y trompe pas : malgré le sujet pesant, c'est un roman rempli d'espoir que nous offre Gayle Forman.

    « Il y avait des cœurs portant les initiales de couples depuis longtemps séparés, des paroles de chanson que tout le monde avait oubliées. Les nouveautés chevauchaient les vieilleries, mais l'une d'elles, la préférée de Meg, restait bien lisible, gravée dans le métal. J'étais là. »

    « Tes marraines-fées t'ont refilé un tas de cailloux, tu les as lavés et tu t'es fabriqué un collier. Meg, elle, a reçu des bijoux et elle s'est pendue avec. »

    Nous sommes donc en compagnie de Cody, juste après le suicide de Meg, sa meilleure amie. Cody ne parvient pas à faire son deuil et part donc à la recherche d'indices lui permettant de comprendre pourquoi Meg a eu besoin de recourir à cette ultime solution, déterrant des secrets à propos de sa meilleure amie qu'elle était loin d'imaginer... Si l'histoire est intéressante, elle n'en reste pas moins lente et j'ai trouvé certains passages inutiles. Je n'ai rien ressenti à l'égard des personnages, que j'ai trouvés assez plats. De plus, on n'apprend rien sur eux, que ce soit Cody ou Ben, tout le roman semble être centré sur Meg. Pour finir, la romance m'a parue tout à fait incongrue et même déplacée pour un roman traitant de ce sujet là, surtout quand on apprend qui est Ben par rapport à Meg...

    La lecture reste néanmoins très agréable, la plume de l'auteur y étant pour beaucoup. Disons que ça se lit sans être transcendant...

    En bref, une déception pour moi qui aime beaucoup Gayle Forman...

     

      

    « Oliver ou la fabrique d'un manipulateur | Liz NugentLa sonate de l'anarchiste | Etienne Guéreau »

  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Octobre 2015 à 21:17

    Pourtant je lis souvent sur des thèmes qui annoncent des choses dramatiques (durant la Guerre, y a toujours une part de drame) mais celui-ci, pourrait vite m'agacer...un pressentiment !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :