•  

     

    Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
    J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
    Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
    Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
    Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

     

     

    Quelle déception que ce premier tome !! Après tous les éloges que j'ai lus sur Internet, je m'attendais vraiment à quelque chose d'exceptionnel ! Malheureusement, ce fut loin d'être le cas et je vais clairement m'arrêter là avec cette duologie, surtout que les avis sur la blogosphère tendent à indiquer que le second tome est moins bon que le premier...

    Pourtant, ça partait bien avec une quatrième de couverture alléchante, qui promettait beaucoup de choses. Mais au final, je me suis ennuyée avec cette lecture, que j'ai peiné à terminer. Je n'avais tout simplement pas envie de prendre mon livre et de lire encore un chapitre où il ne se passe rien, où l'intrigue n'avance pas, où les personnages sont clichés au possible...

    Donc, oui, l'intrigue. Parlons-en de l'intrigue ! … Où est-elle ? J'ai eu beau chercher, à part le quotidien d'Ivy et de Bishop, je n'ai pas beaucoup vu l'histoire avancer ! Certes, on a des éléments d'intrigue, mais c'est beaucoup trop long à se mettre en place ! Alors, quand le peu d'action de ce tome arrive enfin, et bien on n'a plus envie de savoir ce qu'il va se passer, on a juste envie d'en finir le plus vite possible pour pouvoir passer à autre chose. En plus, c'est du vu et du revu, cette histoire ! Aucune originalité !

    Quant aux personnages, bonjour les clichés ! La fille qui se marie contre son gré mais qui finit par tomber amoureuse de son époux. Le garçon beau-à-tomber-qui-n'a-aucun-défaut-et-qui-fait-tout-parfaitement est tout aussi crédible... Les personnages secondaires n'ont aucune profondeur et ne servent que de faire-valoir à la romance, qui occupe l'essentiel du récit. L'action arrive dans les toutes dernières pages et ne me donne pas envie de connaître le fin mot de l'histoire. Je ne suis tout simplement pas intéressée par ce qui va se passer par la suite !

    L'auteur a tout de même une plume agréable, qui se lit facilement, mais c'est bien là le seul point positif que je retire de ce roman !

    En bref, une énorme déception ! Je ne lirai pas la suite !

     

      


    2 commentaires
  •  

     

    Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

     

     

    Et voilà ! Nous ne sommes même pas à la mi-janvier que je me prends déjà ma première claque de l'année ! Quel coup de cœur que ce premier tome ! J'avais bien vu tous les avis dithyrambiques qui circulaient sur la toile depuis la sortie de ce premier tome, mais j'avoue que je me méfie de tous les romans qui font ainsi le buzz... Voyant le deuxième tome arriver en librairie, je me suis laissée convaincre et j'ai acheté le premier tome et me suis fait offrir le second dans la foulée ! Et comme j'ai bien fait ! Comme ça, pas besoin d'attendre une éternité avant de connaître la suite ! ;-)

    Nous suivons Ophélie, jeune fille qui vit paisiblement sur Anima, entre sa famille et son musée, jusqu'au jour où on la fiance de force à Thorn, jeune homme du Pôle qui n'a rien de commun avec elle... Il va lui falloir quitter le cocon familial pour découvrir l'univers de son fiancé. Mais Ophélie a un Don : elle est une liseuse, qui peut retracer toute l'histoire d'un objet et les émotions qui y sont associées juste en le touchant. Non seulement cela, mais elle peut également voyager de miroir en miroir, faisant d'elle une des rares Passe-Miroir.

    Il faut saluer l'imagination de l'auteur : le monde qu'elle a créé ne ressemble à aucun autre, ce qui est rafraîchissant dans une littérature YA qui peine à se renouveler. Ce monde est tellement riche et bien construit que l'on s'y trouve emportés sans difficulté. On visite de nombreux endroits, tous plus originaux les uns que les autres, tous ayant leurs codes et leurs règles, mais aussi leurs dangers... J'ai personnellement adoré la Citacielle ! L'immersion est exceptionnelle et c'est à regret que l'on referme ce premier tome et ses quelques 520 pages qui passent à la vitesse de l'éclair !

    Ophélie est un personnage que j'ai adoré : anti-héroïne par excellence, elle n'est pas la plus jolie, ni la plus gracieuse, mais elle est intelligente, posée et tellement attachante ! J'ai eu un mini coup de cœur pour son écharpe !... Celui ou celle qui a lu ce roman me comprendra ! ;-) Thorn est un personnage tellement énigmatique et tellement multi-facettes que l'opinion que l'on a de lui évolue au fur et à mesure de la lecture ! Pour ma part, je suis persuadée qu'il nous réserve son lot de surprises et je l'ai beaucoup aimé ! Berenilde est une personne horrible sous une façade d'ange : j'ai adoré la détester, mais en même temps, j'ai eu un peu pitié d'elle... La tante Roseline est la touche d'humour de ce livre ! Les personnages secondaires sont tous aussi recherchés et semblent dissimuler de nombreux secrets... Je pense notamment à Archiblad, Renard, Gaëlle, Mère Hildegarde, le Chevalier... J'ai tellement hâte d'en apprendre plus sur eux !

    La plume de l'auteur est très agréable, elle nous transporte sans nous perdre dans son univers dense, car tout nous est expliqué au fur et à mesure. Ce monde imaginaire se crée et s'explique méthodiquement sous nos yeux et on n'est pas laissé sur le bord de la route en se demandant « quel est cet objet ? » ou « pourquoi ce personnage fait-il cela ? » L'intrigue, quant à elle, est réellement imprévisible ! Je n'ai jamais su deviner où Christelle Dabos voulait m'emmener et j'ai été tenue en haleine pendant toute la durée du roman, sans aucun temps mort ! La fin laisse présager un second tome à la hauteur du premier, voire encore meilleur !

    En bref,un énorme coup de cœur qui vaut bien tous les éloges du monde ! Vivement la suite !

     

       


    1 commentaire
  •  

     

    Une aventure haletante, dans le monde des courses de la Rome antique ! Alix a tout perdu. Son père, sa terre, et même son nom. Devenue esclave à Rome, elle est précipitée dans le monde des courses du Déluge. Ces compétitions violentes et sans pitié voient s'affronter les fulgurs, des chevaux de foudre dont le corps s'électrise quand l'orage éclate.

    Monter sur leur dos, c'est mettre sa vie en jeu, mais la liberté couronne les vainqueurs. Aidée par Marcus, le prodige de son équipe, Alix va lier son destin à Ira, un étalon indomptable, aussi beau que mortel...

     

     

    J'avais repéré ce titre lors de ma préparation pour le festival des Halliennales qui se déroule dans ma région, et c'est donc tout naturellement que je suis allée voir l'auteur (adorable!) pour parler de ce roman, me le faire dédicacer et repartir avec ! ;-)

    Dès la lecture du synopsis, j'ai tout de suite accroché : des éléments fantastiques au cœur de la Rome Antique ? J'achète !! (mode Jean-Marc Généreux, bonjour...) D'ailleurs, le pitch de ce roman me fait penser à Scorpio Races de Maggie Stiefvater (Sous le signe du Scorpion en VF), qui est dans ma PAL, et s'il a aussi bonne réputation que Chevaux de Foudre, je pense que je vais l'en sortir vite fait, bien fait !

    Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos chevaux ! Notre personnage principal, Alix, va se retrouver plongée dans un monde qui n'est pas le sien, mais auquel elle va bien être obligée de s'adapter pour une seule et bonne raison : survivre... Traitée comme une esclave, humiliée, meurtrie, elle va trouver le réconfort auprès d'Ira, un étalon fulgur aussi beau que mortel. Avec l'aide inattendue de Marcus, elle va tout faire pour qu'Ira et elle obtiennent le bien le plus précieux qui soit : leur liberté. Et cette liberté passe par un obstacle gigantesque : les Courses du Déluge, pendant lesquelles chevaux comme cavaliers risquent la mort au beau milieu d'un orage. Prenez place dans les tribunes, entendez le martèlement des sabots ! Que la course commence !

    J'ai adoré cette histoire, lue au rythme d'un fulgur lancé au triple galop ! Aucun temps mort ne vient ralentir le récit, tout s'enchaîne à une vitesse folle, le summum de la tension étant atteint lors des fameuses Courses du Déluge, moment que j'ai adoré tout particulièrement ! Alix est un personnage attachant, j'ai aimé son caractère qui m'a semblé très réaliste : elle défend ses idéaux mais ça ne l'empêche pas de faire des erreurs. On la voit mûrir tout au long du roman. Marcus est également un personnage intéressant, qui aurait mérité d'être davantage creusé. L'univers antique est assez bien respecté pour un roman jeunesse : il est « adouci » et « assagi » par rapport à la vraie Rome Antique, mais il faut prendre en compte l'âge du public visé. Donc, de ce côté-là, c'est une vraie réussite ! Les éléments fantastiques s'intègrent parfaitement au cadre et on jurerait que les courses de fulgur étaient monnaie courante à Rome il y a plus de deux mille ans ! Aurélie Wellenstein a une plume incroyable, avec un vocabulaire pas si simple que ça, ce qui est extrêmement positif ! Mon seul regret : j'aurais aimé que le roman soit un peu plus long pour développer certains personnages et certains passages.

    En bref, une superbe découverte et je ne manquerai pas de fureter du côté des autres récits de l'auteur !

     

      


    votre commentaire
  •  

     

    Rentrée 1957.
    Le plus prestigieux lycée de l'Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l'aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.

    Cette histoire est inspirée de faits réels.

     

     

    J'ai pioché ce livre dans ma PAL complètement au hasard, alors qu'il y était endormi depuis plusieurs années...

    Le sujet traité est très intéressant et la lecture de ce livre m'a donné envie d'en savoir plus sur cette période très controversée de l'Histoire des Etats-Unis.

    Cette lecture a été très rapide et c'est pourquoi je suis assez déçue... Certes, c'est un livre jeunesse et il permet ainsi d'aborder un sujet grave sans pour autant alourdir le tout de détails historiques. Mais j'ai néanmoins trouvé que l'auteur a voulu trop rester en surface : tout est effleuré, rien n'est approfondi, et le tout est beaucoup trop court. L'intrigue, bien qu'inspirée de faits réels, est restée plate tout au long du livre et n'a pas réussi à m'accrocher suffisamment. Les personnages sont sympathiques mais sans plus, voire même parfois très surfaits. Tout comme les dialogues, que j'ai trouvé creux et sans nuance. On aurait dit que les personnages récitaient un texte appris par cœur !

    Alors, bien sûr, ça reste agréable à lire : on ressent toute une palette d'émotions pendant notre lecture, passant de l'espoir à la révulsion envers ces Blancs qui se croient tout permis, éprouvant de la pitié et de l'admiration pour ces Noirs qui sont déterminés à réussir leur intégration.

    Un grand bravo tout de même à l'auteur d'avoir écrit un livre jeunesse sur la ségrégation, afin de rappeler aux plus anciens et d'apprendre aux plus jeunes que tout cela se passait il n'y a pas si longtemps que ça et que nous devons apprendre de l'Histoire afin que certaines injustices ne se reproduisent jamais.

    En bref, une lecture sympathique mais beaucoup trop courte et pas assez approfondie.

     


    votre commentaire
  •  

     

    Micah Tuttle, un jeune orphelin, vit avec son grand-père loufoque Ephraim dans une petite ville américaine. Son quotidien est bousculé du jour au lendemain lorsque ce dernier tombe gravement malade. Décidé à ne pas rester coincé avec sa grand-tante Gertrudis, une femme froide et sévère, il part à la recherche du mystérieux Circus Mirandus dont lui a souvent parlé son grand-père... Un cirque extraordinaire où chaque artiste a un don magique. En effet, seul « L'homme qui plie la lumière » pourrait exaucer un voeu et sauver Ephraim. Tout au long de sa quête, avec son amie, la très rationnelle Jenny, Micah va grandir, apprendre à surmonter le deuil et découvrir l'héritage que lui a laissé sa famille...

     

     

    Quand j'ai découvert ce livre, on me promettait un crossover entre Peter Pan et Big Fish, une histoire de cirque magique, le tout emballé dans une belle couverture. Il n'en fallait pas plus pour que je craque, et j'ai bien fait car j'ai adoré ma lecture, qui n'a pas été loin du coup de cœur !

    Ce roman n'est pas qu'une histoire de cirque : c'est une histoire de magie, d'amitié, de deuil, d'amour, de famille.

    Le Circus Mirandus est un endroit que j'ai adoré découvrir. A la manière du Pays Imaginaire de Peter Pan, on ne peut le voir et y entrer que si l'on croit en la magie. Ce cirque est vraiment fantastique et les moments que l'on y passe ont été mes préférés du roman. Tout y est tellement féerique et extraordinaire ! L'écriture de l'auteur est très belle, poétique, juste, touchante : une belle découverte !

    Les personnages sont tous attachants à leur manière. Micah est déterminé à sauver son grand-père et les épreuves qu'il traverse sont décrites avec tellement de justesse que les lecteurs à qui est destiné ce roman ne pourront que s'identifier à lui. Jenny est une jeune fille rationnelle, qui va devoir forcer sa nature pour croire en la magie et voir le cirque. Ephraim est le grand-père que tout le monde rêve d'avoir, doux, aimant, extravagant ! Tante Gertrudis est une horrible femme, qui m'a grandement fait penser à Petunia Dursley, mais on ne peut s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour elle quand on connaît son histoire. Les pensionnaires du cirque sont tous plus extraordinaires les uns que les autres ! J'ai adoré le Plieur de Lumière et l'éléphant Big Jane qui aime résoudre des problèmes mathématiques !

    En bref, une excellente lecture qui n'est pas passée loin du coup de cœur, et qui me donne envie de découvrir d'autres ouvrages de l'auteur.

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l'astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour les imprévus, et encore moins pour une catastrophe. Pourtant, Rhoma, jeune étudiante Zodaï, est hantée par de terribles visions. Personne ne la croit mais l'impensable se produit brutalement : une des lunes du Cancer explose. Raz-de-marée, pluies de météorites, tout l'univers de la jeune fille est plongé dans le chaos. Aidée de son mentor, le flegmatique Mathias, et d'Hysan, l'excentrique émissaire du signe de la Balance, Rhoma se lance alors dans une course contre la montre au travers de la galaxie pour prévenir les autres civilisations de la menace ancestrale qui plane sur elles. Car les douze signes du zodiaque étaient à l'origine treize... et, dans l'ombre, le dernier attend son heure. Celle de la destruction.

     

     

    Je remercie Livraddict et les Editions Michel Lafon pour ce partenariat.

    J'avais déjà repéré cette nouvelle saga lors de sa sortie VO l'an dernier et je dois avouer qu'elle m'intriguait beaucoup. J'ai eu la chance de recevoir un exemplaire VF pour lecture et je dois dire que je suis très déçue par ce premier tome...

    Le postulat de départ est très intéressant : une aventure se déroulant dans les différentes constellations du Zodiaque, une sorte de space-opera version livresque. Et je dois dire que, de ce côté-là, l'auteur a parfaitement rempli son contrat car c'est un univers très riche et très dense qu'elle nous offre. Chaque Maison a ses particularités et, en tant que Balance, j'ai été charmée par ma Maison !;-) Bref, toute la mythologie est bien posée, c'est indéniable. Mais (vous le voyiez venir celui-là, non ?), j'ai eu l'impression d'être parachutée dans cet univers sans qu'on ne m'explique rien ! Les termes sont bien spécifiques pour chaque Maison et une notion a plusieurs termes de vocabulaire bien distincts selon qu'on se trouve dans telle ou telle Maison ! Au bout d'un moment, on finit par s'y retrouver mais j'aurais apprécié que l'auteur nous explique un peu le pourquoi du comment...

    Au niveau de l'histoire, je l'ai trouvée tellement longue et répétitive que j'ai mis plus de dix jours à terminer ce roman ! C'est toujours le même schéma narratif : on va dans une constellation, il s'y passe quelque chose, on part ailleurs, etc. Alors certes, c'est un premier tome, mais j'attendais plus de rebondissements que ça...

    Ensuite, les personnages sont sympathiques mais sans plus, assez clichés et manquant de profondeur. Autre GROS point négatif pour moi : le triangle amoureux ! Moi qui déteste ça, j'ai été servie car il est tout de même très présent ! Rhoma est une jeune fille qui débarque complètement, qui est butée et qui a foi en ses opinions. Son côté têtu m'a bien plu. Mathias est le garde du corps beau gosse de service, je ne l'ai pas aimé. Hysan est l'émissaire de la Balance et, lui, je l'ai beaucoup apprécié car il représente bien les deux facettes de cette Maison... Les personnages secondaires sont soit invisibles soit agaçants au possible (les Gémeaux m'ont tapé sur le système!). Le grand méchant, quant à lui, ne m'a pas convaincue non plus...

    En bref, une grosse déception pour ce premier tome et je ne lirai certainement pas la suite...

     


    votre commentaire
  •  

     

    A l’école primaire, Cannelle était le bouc émissaire, celle que personne ne voulait avoir comme amie. Alors, à la rentrée de sixième, elle arrive au collège relookée et devient l'amie d'une fille cool. Depuis, elle tient son rôle de fille populaire à la perfection. Mais l’arrivée de Sam, un garçon décalé qui se moque du regard des autres, bouleverse tout. Cannelle craque pour lui, et c’est réciproque, mais sa meilleure amie le déteste. Cannelle réussira-t-elle à assumer ses sentiments, et surtout… à ne plus avoir peur d’être elle-même ?

     

     

    Voilà bien la première fois que je suis un peu déçue par un roman de Cathy Cassidy... Ce one-shot n'est clairement pas à la hauteur de la saga des Filles au Chocolat ni même de l'autre volume unique de l'auteur, Aux Délices des Anges.

    Cannelle Brownie a passé toute sa scolarité en primaire dans le rôle du bouc-émissaire, victime des brimades et moqueries de ses camarades. Arrivée au collège, elle fait la connaissance de Shannon et se métamorphose : elle devient alors une des filles les plus populaires du collège. L'arrivée de Sam va perturber son quotidien. Le fréquenter et conserver son statut social sont incompatibles...

    La plume de Cathy Cassidy est toujours aussi agréable et les sujets sensibles sont traités avec beaucoup de délicatesse et de talent, ici la confiance en soi et le harcèlement scolaire. Je pense que, cette fois-ci, j'ai eu vraiment du mal avec les personnages. J'ai trouvé Cannelle agaçante et faible. Mais le pire a été Shannon, sa soi-disant meilleure amie qui n'est qu'une égoïste qui refuse que Cannelle pense différemment qu'elle. J'avoue avoir eu envie de la frapper tout au long de ma lecture ! Sam, le personnage masculin, ne m'a pas marquée plus que ça, je l'ai trouvé assez fade...

    Reste que c'est une lecture agréable, qui parlera sans doute aux jeunes filles qui se reconnaîtront en Cannelle. Pour moi, cette fois, je suis passée à côté.

    En bref, une lecture agréable mais une déception pour moi, qui suis habituée à mieux de la part de l'auteur... Dommage...

     

       


    3 commentaires
  •  

     

    Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
    Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    Je dois dire que j'attendais beaucoup de cette lecture, au vu des avis dithyrambiques, tant francophones qu'anglophones, que l'on peut voir sur les blogs et sur Youtube. Déjà, la couverture est absolument magnifique en VO (beaucoup moins en VF, comme d'habitude...), et puis le résumé donnait bien envie. Au final, je ressors déçue de cette lecture : cela doit faire moins d'une semaine que je l'ai terminée et je ne me souviens quasiment plus de rien, c'est vous dire si elle m'a marquée !

    Pourtant, le postulat de départ laissait penser à quelque chose d'original, qui aurait pu se démarquer de tous les romans young adult que l'on trouve depuis un bon moment dans les rayons de nos librairies préférées, mais le tout est tellement prévisible !! C'est d'un ennui ! Dès les premiers chapitres, j'avais deviné quasiment tous les tenants et les aboutissants de l'intrigue ! C'est assez ennuyeux, n'est-il pas ? Et en conséquence, j'ai mis bien longtemps à terminer ce livre car je suis restée complètement détachée de l'histoire. Même les rebondissements et les retournements de situation n'ont pas réussi à me happer dans l'histoire.

    Au niveau des personnages, c'est du vu et du revu ! Aucune originalité ! Malgré tout, ce sont des personnages sympathiques, mais trop peu fouillés. De même, le contexte d'opposition entre Reds et Silvers sert juste de prétexte pour poser l'histoire : j'aurais aimé que cette pseudo lutte des classes soit davantage mise en avant.

    Malgré tous les reproches que je semble faire à ce premier tome, il se lit tout de même facilement, on parvient à se laisser embarquer même si la plume est assez conventionnelle.

    En bref, une déception pour moi qui attendait tellement de ce roman... Je ne pense pas lire la suite.

     

       


    1 commentaire
  •  

     

    A peine sorti de l'affaire Goldfinger, James Bond est propulsé dans une mission au rythme infernal. Le contre-espionnage russe a en effet choisi de prouver sa supériorité technologique à l'occasion d'un Grand Prix automobile ! Sabotage et triche sont au programme, mais ce n'est là qu'une facette du dossier. Car 007 découvre bientôt que le complot ourdi par les Soviétiques concerne l'ordre mondial, et pas seulement celui des bolides sur la ligne de départ...

     

     

    Étant une fan inconditionnelle de Sherlock Holmes, j'avais adoré la reprise de cet univers par Anthony Horowitz dans La Maison de Soie. Étant, par ailleurs, une inconditionnelle de James Bond (version Daniel Craig), j'avais hâte de me plonger dans cette aventure inédite du plus célèbre espion britannique.

    Je remercie donc vivement Babelio et les Éditions Hachette pour m'avoir permis de découvrir ce titre, lecture idéale à quelques jours de la sortie de 007 Spectre dans les salles obscures. Petit aparté, vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point c'est de la torture d'attendre la sortie de ce film ! Je n'en peux plus ! Lol !

    Revenons-en à notre Bond de papier ! Pour tout dire, je dois avouer que j'ai été assez déçue de ma lecture... Je pense que cette déception résulte en partie du fait que ce roman est dans la plus pure continuité des romans originaux de Ian Fleming, c'est-à-dire qu'il se passe dans les années 50, en pleine Guerre Froide. Moi qui imaginais tous les personnages version Skyfall, je me suis trouvée quelque peu désarçonnée...

    Ensuite, j'ai trouvé le tout d'une grande platitude, presque ennuyeux... Avouez que ce n'est pas cela que l'on attend d'un James Bond ! Alors oui, tous les ingrédients sont là : les femmes, les voitures, le grand méchant, les sbires aux gros muscles, les armes, les courses poursuites... Mais je crois que la sauce n'a pas pris avec moi car ça manquait d'assaisonnement, pour rester dans la métaphore culinaire.

    Il y a quelques passages que j'ai beaucoup aimés, comme la course automobile, le jeu de cartes du grand méchant (idée très originale!), et les soixante dernières pages sont réellement ce que j'attendais de tout le livre : de l'action, de l'action et encore de l'action !

    Le contexte de la Guerre Froide et de la course à l'espace est très bien intégré à l'histoire et le tout m'a paru cohérent. Quant aux personnages, Bond est crédible, le méchant un peu moins, et la Bond Girl pas du tout !

    Enfin, on sent que l'auteur a voulu rester au plus près des histoires originales : on retrouve M, Moneypenny, Q, Tanner et des références à Goldfinger.

    En bref, une lecture en demi-teinte, qui me laisse un sentiment d'inachevé malgré quelques très bons passages !

     


    3 commentaires
  •  

     

    Marguerite Caine’s physicist parents are known for their radical scientific achievements. Their most astonishing invention: the Firebird, which allows users to jump into parallel universes, some vastly altered from our own. But when Marguerite’s father is murdered, the killer—her parent’s handsome and enigmatic assistant Paul—escapes into another dimension before the law can touch him.

    Marguerite can’t let the man who destroyed her family go free, and she races after Paul through different universes, where their lives entangle in increasingly familiar ways. With each encounter she begins to question Paul’s guilt—and her own heart. Soon she discovers the truth behind her father’s death is more sinister than she ever could have imagined.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    Ce roman a été choisi dans ma PAL par ma binôme pour le challenge « Déstockage de PAL en duo » et je la remercie vivement de son choix car j'ai passé un excellent moment de lecture ! J'avoue qu'à la base, c'est sa sublime couverture qui m'a attirée chez ce livre, puis le résumé m'a donné fichtrement envie de le lire, mais voilà plusieurs mois qu'il patientait sagement dans ma PAL... Le voilà désormais lu et je n'aurais pas longtemps à attendre la suite puisqu'elle sort début décembre !

    Cette histoire est un histoire de vengeance et d'univers parallèles. Meg est le vilain petit canard de la famille : artiste dans un univers de scientifiques, elle a du mal à se faire une place entre ses parents, scientifiques de renommée mondiale, sa sœur Josie qui suit leurs traces et Paul et Theo, les deux étudiants assistants des parents. Jusqu'au jour où une technologie miraculeuse est inventée par les parents de Meg, permettant de voyager d'univers parallèle en univers parallèle, et entraînant le meurtre du père de Meg. Tout désigne Paul comme étant le coupable. Meg et Theo se lancent alors à sa poursuite dans le multivers. Mais l'ennemi n'est pas toujours celui que l'on croit...

    L'une des grandes forces de ce roman, c'est son univers – ou plutôt devrais-je dire ses univers : tout est terriblement bien construit et on prend un immense plaisir à découvrir et à se balader d'univers en univers. On passe d'un Londres futuriste à la Russie tsariste pour finir dans une station océanographique. J'ai littéralement adoré la partie qui se déroule en Russie, car elle ajoute un côté historique tout à fait passionnant à l'intrigue. Cette dernière est intéressante, même si l'on devine facilement quelques-unes des ficelles. J'ai tout de même été surprise par moments et la fin laisse présager un deuxième tome tout aussi palpitant.

    La plume de l'auteur est très agréable, elle nous entraîne sans peine à sa suite à travers les différents décors qu'elle nous propose. Le fait d'alterner entre phases d'action et phases de description donne un sacré rythme au roman et nous donne envie de connaître la suite des événements.

    Les personnages sont sympathiques sans être transcendants et je remercie l'auteur de ne pas nous avoir imposé un triangle amoureux. On aurait pu le penser à un moment donné, mais heureusement, tout rentre vite dans l'ordre. Néanmoins, j'ai trouvé certaines réactions des personnages parfois peu crédibles... Notre trio principal m'a bien plu, et les personnages secondaires sont bien développés (j'ai beaucoup aimé les parents de Meg). Le fait de les retrouver dans tous les univers est agréable, car ils sont identiques, mais en même temps pas tout à fait...

    En bref, un excellent moment de lecture et je lirai la suite avec plaisir, même si ce premier tome n'est pas exempt de défauts.

     

      


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique