•  

     

    Malenfer, la forêt maléfique, grandit et s’approche chaque jour davantage de la maison où vivent Gabriel et sa petite sœur Zoé. Seuls depuis le départ de leurs parents, partis chercher de l’aide en terre de Gazmoria, les enfants doivent faire face aux ténèbres qui recouvrent lentement Wallandar. Mais aussi à un tout nouveau danger : ni les visions de Zoé, ni ses pouvoirs magiques ne parviennent encore à l’identifier.

     

     

    Autant vous le dire tout de suite, sans tours, détours ni contours, j'ai été un peu déçue par ce livre. Ce n'est pas la faute du roman, plutôt la mienne, car je n'ai pas fait attention à la mention disant « A dévorer dès 9 ans »... Il est clair que cette lecture a été beaucoup trop jeunesse pour moi...

    Gabriel, 12 ans, et sa petite sœur Zoé, 10 ans, vivent près d'une forêt maléfique qui se rapproche de jour en jour de leur maison et qui avale tout ce qui se trouve sur son chemin. Non seulement ça, mais en plus leur école renferme des professeurs pour le moins étranges... Les parents des deux enfants sont partis depuis deux mois pour chercher de l'aide, mais rien ne semble arrêter l'avancée de la forêt...

    J'ai trouvé les personnages très caricaturaux, mais peut-être est-ce voulu pour un livre jeunesse ? En tout cas, Gabriel et Zoé sont assez attachants mais j'ai détesté Thomas qui ne fait que geindre. Les professeurs sont intéressants mais ça s'arrête là. J'avoue n'avoir pas du tout été transportée par le récit. Il comporte beaucoup trop d'incohérences ! En voici quelques-unes : les parents qui sont partis depuis deux mois, en laissant leurs jeunes enfants se débrouiller seuls alors que la forêt maléfique se rapproche ? Et personne qui se doute de l'absence des parents ? Autre chose : le centre du livre est censé être la forêt, et bien figurez-vous qu'elle est carrément reléguée au second plan ! J'ai eu l'impression d'un fourre-tout où on a casé tous les éléments de fantasy : des magiciens, des sorcières, des créatures magiques, des enfants-héros, des livres magiques... Je trouve qu'on perd un peu de vue l'essentiel. Peut-être que tout sera rétabli dans le tome suivant ?

    Au niveau de l'intrigue, pas de quoi casser des briques. J'ai vu les rebondissements venir, aussi gros qu'un éléphant dans un corridor. Mais bon, on peut pardonner ça en raison du public visé. Les dialogues sont assez creux et gnan-gnan, mais là encore, je les ai lus avec des yeux d'adultes !

    Sinon, j'ai apprécié que l'auteur ait travaillé avec des élèves de CM1 et CM2 : au moins, on est sûrs que le tout est à leur portée. La plume est fluide et le tout est agréable à lire.

    En bref, une lecture qui m'a laissée de marbre. Je ne pense pas lire la suite, mais je pense que ça peut parfaitement convenir au public visé.


    votre commentaire
  •  

     

    Le monde obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d'un loup-garou survenu devant le Hunter's Moon, l'un des repaires de lycanthropes les plus fréquentés de New York. Du côté des Chasseurs d'Ombres, l'Inquisitrice, une femme insensible et austère, est dépêchée par l'Enclave pour s'emparer de l'Institut: Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare.

    Pris dans la tourmente des événements récents, écartelés entre coeur et raison, Clary et Jace se lancent à corps perdu dans la lutte sans merci qui oppose les défenseurs du bien aux forces du mal. Une lutte qui les ménera des souterrains de la Cité Silencieuse aux eaux sombres de l'East River...

     

     

     Lecture en V.O.

     

    !! Attention !! Peut contenir des spoilers du tome précédent !!

     

    C'est avec une joie non dissimulée que je me suis plongée dans le deuxième tome de la saga The Mortal Instruments. Après l'énorme coup de cœur que j'ai eu pour le premier tome, j'avais énormément d'attentes concernant ce deuxième opus. Et bien, au final, Cassandra Clare ne m'a pas déçue puisqu'elle signe ici une suite à la hauteur de mes espérances. Je dirai même qu'elle place la barre encore un peu plus haut !

    Cette histoire enchaîne directement là où le tome 1 s'était arrêté. On retrouve donc nos personnages dans l'état d'esprit dans lequel on les avait laissés. Clary est un personnage qui me plaît toujours autant : elle est très crédible, ne prend pas tout ce qu'on lui dit pour agent comptant mais n'est pas sûre d'elle pour autant. Elle prend tout de même de l'assurance dans ce tome et n'hésite pas à agir en cas de besoin. Simon m'horripilait toujours autant jusqu'à un certain tournant de l'histoire (spoiler...) où il prend une toute autre dimension. Jace est fidèle à lui-même et je l'aime toujours autant : il montre plus ses émotions dans ce tome mais n'en reste pas moins badass ! Alec m'interpelle de plus en plus, il me plaît plus que dans le premier tome. A contrario, j'ai trouvé Isabelle plus effacée... Et que dire du grand, de l'immense, de l'incomparable Magnus Bane ? Je l'adore toujours autant ! Les relations entre les personnages évoluent en permanence et l'auteur parvient à nous garder sur le qui-vive pendant plus de 450 pages.

    Justement, venons-en à l'intrigue. Je ne veux pas trop en dire sous peine de vous spoiler, mais je peux vous dire ceci : l'auteur est sadique et adore jouer avec nos nerfs apparemment ! On va d'action en rebondissements en révélations et ce pendant tout le roman ! Aucun temps mort, aucun ennui. De plus, Cassandra Clare nous apporte çà et là des éclaircissements concernant toute la mythologie qu'elle a inventée, sans jamais nous perdre et en nous donnant toujours envie d'en savoir plus. On en apprend un peu plus sur les intentions de Valentin. Ce personnage n'a un peu chamboulée : je veux le haïr, d'ailleurs c'est le cas, mais il est tellement persuasif qu'on a des moments de doute, à se demander s'il n'a peut-être pas raison dans le fond... Malgré tout, ses desseins sont horribles et on en prend la mesure au fur et à mesure qu'ils nous sont révélés, jusqu'au grand final, époustouflant !

    La plume de Cassandra Clare est toujours aussi addictive, facile à lire, fluide et pleine d'humour :

    « A pair of werewolves occupied another boot. They were eating raw shanks of lamb and arguing about who would win in a fight : Dumbledore from the Harry Potter books or Magnus Bane. »

    En bref, une suite qui surpasse mes attente et je ne vais pas attendre longtemps avant de me plonger dans le tome 3 !

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    L'amour ne faisait pas partie des plans de Nora Grey. Elle n'avait jamais été particulièrement attirée par les garçons de son école, même si sa meilleure amie, Vee, faisait tout pour ça. Mais ça, c'était avant l'arrivée de Patch.

    Avec son sourire et ses yeux qui semblent voir à l'intérieur d'elle-même, Nora est attirée vers lui malgré elle. Mais après une série de rencontres effrayantes, Nora ne sait plus en qui avoir confiance. Patch apparaît partout où elle est et semble en savoir plus sur elle que ses meilleurs amis. Elle ne sait trop si elle doit lui tomber dans les bras ou s'enfuir. Et quand elle décide de chercher des réponses, elle entrevoit une vérité plus troublante encore.

     

     

    Comme vous le savez (ou pas), je déteste Twilight. Et je craignais que cette histoire ne soit qu'un vulgaire copier-coller de Twilight. Malheureusement, mes craintes se sont révélées exactes...

    Le problème, c'est qu'il y a tellement d'histoires qui ont la même base que ça en devient terriblement lassant... Alors oui, ici on a des anges à la place des vampires, mais sinon toute la trame est la même. Une fille au lycée, qui n'a jamais eu de petit ami, et un nouveau beau-ténébreux-mystérieux-dangereux arrive dans son lycée. Au début, elle semble le détester et nie tout sentiment romantique à son égard, puis finalement elle en tombe amoureuse malgré le danger qui semble le suivre partout... Ça ne vous rappelle rien ?

    Je pensais vraiment avoir affaire à quelque chose de différent puisqu'il s'agit ici d'anges et non pas de vampires, mais même ce sujet, qui semble assez intéressant au demeurant, n'est traité qu'au bout de 250 pages ! Sur un bouquin qui en fait 360, vous avouerez que ça arrive un peu tard ! En plus, on ne nous apprend absolument rien, la « révélation » (que l'on connaît dès le début en voyant la couverture... Bref...) arrive comme un cheveu sur la soupe et tout cet aspect surnaturel est vraiment survolé... (Oh le jeu de mots ! Ange... Survolé... Vous saisissez ?... Hem...)

    Pour ce qui est de l'intrigue, c'est bien simple : je la cherche encore... Ce n'est qu'une succession de je te déteste, tu me fais peur, tu m'attires, je t'aime mais tu me fais quand même flipper... Et c'est la girouette comme ça pendant tout le livre !! Quant au « grand méchant », je l'avais découvert dès sa première apparition, tu parles d'un suspense insoutenable ! Le tout est en plus rempli d'incohérences que je ne vais pas énumérer pour deux raisons : la première, pour ne pas vous spoiler si jamais ce livre vous tente ; la deuxième, c'est parce qu'il me faudrait beaucoup de temps et d'énergie pour tout lister et que, franchement, j'ai d'autres livres beaucoup plus intéressants qui m'attendent !

    Les personnages sont insipides. Nora est une véritable girouette naïve alors qu'elle est censée être une fille intelligente. Vee, sa meilleure amie, est une tête à claque irresponsable. Patch est encore le meilleur personnage (malgré son nom...), même si l'auteur a un peu trop forcé le trait sur le beau-ténébrux-mystérieux-dangereux à mon humble avis...

    La plume de l'auteur est tout de même agréable et ça se laisse lire.

    En bref, une grosse déception, je ne lirai certainement pas la suite.

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Depuis qu'il est tout petit, Callum Hunt, 12 ans, connaît trois règles par cœur : ne jamais faire confiance à un magicien; ne jamais réussir une épreuve soumise par un magicien; ne jamais suivre un magicien au Magisterium. Callum va enfreindre toutes ces règles et sa vie changera comme jamais il n'aurait pu l'imaginer. La plupart des jeunes feraient tout en leur pouvoir pour réussir l'épreuve de fer, mais pas Callum Hunt. Callum veut échouer. Son père lui a appris que la magie n'augurait rien de bon et qu'il valait mieux s'en éloigner. Or Callum ne réussira pas à rater le test et se retrouvera au Magisterium, un endroit à la fois sinistre et sensationnel, où le passé et l'avenir s'entremêlent d'une étrange façon. L'épreuve de fer n'est que la première d'une série d'épreuves beaucoup plus intenses.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    Beaucoup de chroniques sur la blogosphère font état des similitudes existant entre ce premier tome de Magisterium et la saga Harry Potter. Je ne vais pas vous mentir : oui, il y a des ressemblances. Oui, il y a d'ENORMES ressemblances, mais NON, ce n'est pas un copier-coller d'Harry Potter ! Et quand bien même c'en serait un, ça ne me dérangerait absolument pas tant HP est un modèle de choix pour piocher de l'inspiration !;-)

    Quoi qu'il en soit, ce premier tome a été un véritable coup de cœur pour moi ! J'ai tellement aimé que je me suis empressée de commander le tome 2 ! Dès les premières pages, nous sommes littéralement happés par l'histoire de Call, cet anti-héros qui fait tout pour échouer là où beaucoup d'autres rêvent de réussir. Malheureusement (ou heureusement ?) pour Call, il va lui arriver l'impensable : il échoue à échouer et entre au Magisterium ! Bien évidemment, il va lui arriver tout un tas d'aventures...

    « Fire wants to burn 
    Water wants to flow 
    Air wants to rise 
    Earth wants to bind
    Chaos wants to devour »

    Comme je l'ai dit, l'intrigue est palpitante et ce roman est un véritable page-turner : on ne peut s'empêcher de vouloir à tout prix savoir ce qu'il va se passer ensuite. L'univers magique créé par les deux auteurs est riche et passionnant, les créatures qui le peuplent parfois terrifiantes et l'école en elle-même est... bizarre... Quant à la révélation finale, je dois avouer que je ne l'avais pas vue venir !

    Le personnage de Call est loin des stéréotypes du héros : il ne veut surtout pas être le centre de l'attention, et son handicap le rend attachant. Les autres personnages, tant les élèves que les mages ou les créatures, sont extrêmement bien pensés et j'ai hâte de suivre leur développement dans les prochains tomes. Mention spéciale à Havoc que j'ai trouvé adorable !

    L'écriture est fluide, agréable, et pleine d'humour :

    « They all yelled in excitement. Tamara yelled because she was happy, Aaron yelled because he liked it when other people were happy, and Call yelled because he was sure they were going to die. »

    En bref, une excellente découverte, il me tarde de lire la suite !

     


    votre commentaire
  •  

     

    Peter vit dans un musée qui, la nuit venue, devient son royaume. Il sait où trouver les objets les plus étranges et les plus merveilleux. Un soir, dans la bibliothèque, il rencontre une vieille femme étrange, qui lui remet un livre appelé Comment Vivre Sans Fin, en lui faisant promettre de ne jamais le lire. Mais Peter cède à la tentation et tout change autour de lui. Le sol est recouvert d'herbe, un lac s'étend au milieu de la bibliothèque et les livres sont devenus de gigantesques maisons...

     

     

    Je ne sais pas trop quoi penser de ce livre... Le synopsis est alléchant et l'histoire m'a de suite fait penser à un mélange entre L'Histoire Sans Fin, Cœur d'Encre et La Nuit au Musée. Et, effectivement, on retrouve un peu de ces trois univers au sein de ce seul roman. Et je pense que c'est ce foisonnement d'idées, très bonnes au demeurant, qui m'a un peu gênée. En effet, l'auteur a beaucoup de bonnes idées : cet univers parallèle, le livre au centre de l'histoire, des disparitions, des malédictions... Sauf que tout cela est un peu trop pour un one shot... Peut-être ce roman aurait-il dû être le premier tome d'une série ?

    L'univers est très original, ce qui est un des gros points forts de ce roman. J'ai aimé déambuler avec les héros dans les deux mondes, fascinants tous les deux. Malgré tout, j'ai trouvé un certain manque de cohérence entre toutes les actions : on passe d'un côté à l'autre sans quasiment aucune explication. Les personnages nous entraînent d'une aventure à l'autre sans demander le pourquoi du comment, et nous, pauvres lecteurs, sommes obligés de suivre le mouvement...

    Quant aux personnages, je les ai trouvés sympathiques mais un peu fades, sans réel relief. Peter est drôlement mature pour un garçonnet de dix ans, alors qu'il lui arrive des choses quand même assez conséquentes ! (chut, spoilers...) J'ai bien aimé le chat Archimède et Festival. Sinon, les autres personnages ne me laisseront pas un souvenir impérissable...

    En bref, une histoire qui aurait pu être fantastique si développée sur plusieurs tomes... Dommage...


    1 commentaire
  •  

     

    Meggie, douze ans, vit seule avec son père, Mo. Comme lui, elle a une passion pour les livres. Mais pourquoi Mo ne lit-il plus d'histoires à voix haute ? Ses livres auraient-ils un secret ? Leurs mots auraient-ils un pouvoir ? Un soir, un étrange personnage frappe à leur porte. Alors commence pour Meggie et Mo une extraordinaire aventure, encore plus folle que celles que racontent les livres. Et leur vie va changer pour toujours...

     

     

    C'est une excellente idée qu'a eue l'auteur : le pouvoir de faire sortir les personnages d'un livre rien qu'en le lisant à voix haute. Idée qui devient terrifiante quand on en connaît les conséquences : pour chaque chose ou personne qui sort du livre, quelque chose ou quelqu'un y entre...

    C'est ainsi que Mo, le père de Meggie, a fait apparaître le grand méchant du livre Cœur d'encre, Capricorne. Depuis, lui et sa fille sont en fuite, perpétuellement cachés pour échapper à ce grand vilain pas beau...

    Une très bonne idée, n'est-ce pas ? J'ai néanmoins regretté que les principes même de cette magie ne soient que survolés et que beaucoup de questions restent en suspens. Que se passe-t-il dans le livre quand les personnages disparaissent ? Cela doit créer d'énormes changements dans l'intrigue même des livres ! D'autre part, comment font les gens qui entrent dans l'histoire ? Comment le vivent-ils ? Comment changent-ils le cours de l'histoire à l'intérieur même du livre ? Tout cela donne mal à la tête et me fait penser au film Inception : en fait, c'est un livre dans un livre qui parle de livres ! Vous suivez ?

    J'ai adoré que ce premier tome soit plein à ras bord de livres et de citations tirés de livres célèbres, comme Peter Pan ou Le Seigneur des Anneaux. Meggie, Mo et Melinor aiment les livres de la même façon que nous, book nerds, ce qui est assez rare pour le souligner ! J'ai bien aimé les personnages, surtout Elinor, tellement exagérée qu'elle est très drôle, et Doigt de Poussière, personnage très ambigu. Les autres, même les méchants, je les ai bien aimés mais sans plus...

    L'intrigue est très bien amenée, mais pour un livre jeunesse, je l'ai trouvé très long !! Certains passages auraient pu être nettement raccourcis et ne nécessitaient pas que l'on s'y attarde autant. Vous ne trouvé pas que presque 700 pages, c'est long pour un roman destiné à des enfants de 11-12 ans ?

    J'ai apprécié que la fin soit une vraie fin, ce qui me permet de lire ce premier tome et de m'arrêter là, car je n'ai pas été transportée au point de lire la suite.

    En bref, une lecture agréable bien que présentant trop de longueurs.

     


    2 commentaires
  •  

     

    Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d'un seul coup!

    Mais le pire reste à venir...Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté.

    Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres... Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

     

     

     Lecture en V.O.

     

    Il est des séries qui nous tentent tellement que l'on n'ose pas les commencer de peur d'être terriblement déçus... et de regretter d'avoir acheté la saga entière sans même se poser la question de savoir si on allait aimer ou pas ! C'est ce qui m'est arrivé avec The Mortal Instruments. Pour ma défense, j'avais vu le film, que j'avais adoré, bien que les avis soient mitigés sur le web...

    C'est donc pleine d'appréhension, mais aussi d'impatience, que j'ai entamé mon voyage dans le monde imaginé par Cassandra Clare. Et bien, permettez-moi de vous dire que je ne suis pas près de quitter le monde des Shadowhunters puisque ce premier tome est un énorme coup de cœur !

    J'ai tout aimé : l'univers mis en place, la plume de l'auteur, l'intrigue, les personnages !

    Procédons par ordre : l'univers. Il est d'une grande richesse et, dès ce premier tome, on rencontre beaucoup de créatures différentes. Le système de runes est très intrigant et j'espère qu'on en saura plus à son propos dans les tomes suivants. La société inventée par l'auteur est également très intéressante, mais l'auteur nous laisse sur notre faim dans ce premier tome ! Là encore, j'espère que l'on va visiter les lieux mentionnés dans les tomes qui suivent.

    Au niveau de l'intrigue, on sent, dès ce début de saga, qu'elle va être dense et que tout ne sera pas résolu d'un coup de baguette magique. Néanmoins, nous avons quelques éléments de réponse et quelques mystères sont résolus dès ce premier tome, ce qui nous permet de ne pas éprouver une trop grande frustration devant un nombre élevé de mystères. Cela dit, je suis sûre que l'on n'a effleuré que la partie émergée de l'iceberg et que l'intrigue va encore nous surprendre !

    Pour ce qui est des personnages, je les ai quasiment tous adorés ! Clary est un personnage féminin intéressant, avec une forte tête mais qui sait – parfois – se montrer raisonnable. Mon coup de cœur personnage va à Jace ! Son sens de l'humour, ses réparties cinglantes, son côté badass, j'adore ! Isabelle et Alec sont plus mystérieux et j'ai hâte d'en savoir plus sur eux. Luke et Hodge sont des personnages surprenants et je suis persuadée qu'ils dissimulent encore bien des mystères... Magnus Bane est mon deuxième personnage chouchou et je suis contente qu'un recueil de nouvelles lui soit consacré ! (Lui aussi est déjà dans ma PAL... Hum hum...) Quant à Simon... Au secours !! Je n'ai pas aimé du tout ce personnage ! Je l'ai trouvé niais, possessif, jaloux, clingy... J'espère vraiment qu'il va évoluer dans les prochains tomes !

    La plume de l'auteur est super agréable, fluide, on en redemande ! L'action et la description s'équilibrent de façon harmonieuse. Pour couronner le tout, ce premier tome est bourré d'humour et de répliques comme je les aime ! En voici un petit florilège, parfois poétique, parfois sarcastique :

    « Clary stopped dead in her tracks. « Simon ? »
    - Oh God, said Jace, sounding resigned. And here I'd actually hoped I'd got hold of something interesting. »

    « He cut his glance toward Jace, who was walking a few paces ahead of them, apparently conversing with the cat. Clary wondered what they were talking about. Politics ? Opera ? The high price of tuna ? »

    « It was a child's first memory of light falling through crib bars, the recollected scent of rain and city streets, the pain of unforgotten loss, the sting of remembered humiliation, and the cruel forgetfulness of old age, when the most ancient of memories stand out with agonizingly clear precision and the nearest of incidents are lost beyond recall. »

    « - Well, you can go ahead and hang your head out the car window if you feel like it.
    - I'm a werewolf, not a golden retriever. »


    En bref, un premier tome qui surpasse mes attentes et qui ne me donne qu'une envie : me plonger dans le tome 2 !!

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    Ce hors-série exceptionnel vous propose une plongée fascinante dans le coeur et l'esprit de Maxon et d'Aspen, les deux jeunes hommes qui se livrent bataille pour conquérir America Singer.
    Avant qu'America n'arrive au Palais pour la Sélection, il y avait déjà une fille dans la vie de Maxon. La nouvelle « Le Prince » s'ouvre sur la semaine précédant l'arrivée des trente-cinq candidates et suit Maxon lors de la première journée de compétition.
    Élevé en tant que Six, Aspen Leger n'aurait jamais imaginé intégrer un jour la très réputée Garde royale affectée au Palais. À travers le quotidien d'Aspen, la nouvelle « Le Garde » lève le voile sur cet univers très fermé auquel America n'aura jamais accès...

     

     

     Lecture en V.O.

     

    Je boucle la boucle de la Sélection avec ce recueil de nouvelles que j'ai dévoré en deux jours !

    Le Prince : J'ai adoré cette nouvelle, racontant la semaine précédant la Sélection et le premier jour de celle-ci du point de vue de Maxon. Comme vous le savez si vous avez lu mes chroniques des tomes précédents, je suis à 100% Team Maxon ! Cette nouvelle nous en apprend plus sur lui et, en la lisant après la trilogie, j'ai repéré des petites choses qui expliquent certains détails des romans principaux, comme le comportement du roi. Dommage que ce texte soit beaucoup plus court que le suivant ! C'est malin, maintenant, j'aurais bien envie de lire toute la trilogie du point de vue de Maxon !

    Le Garde : Encore une fois, si vous avez lu mes chroniques de la trilogie, vous savez que je DETESTE Aspen ! Cette nouvelle n'a pas changé mon opinion ! Le tout se passe juste avant le troisième tome, cela fait donc quelques temps que tout ce petit monde est au palais. Ce que j'ai apprécié dans cette nouvelle, c'est que l'on en apprend plus sur le personnel du palais, comme par exemple à propos des femmes de chambre d'America, qui sont vraiment adorables ! Par contre, être dans la tête d'Aspen, eurgh ! Au secours !! Ce gars est candide, naïf, possessif, j'en passe !

    Les bonus sont sympathiques : une interview de Kiera Cass sur l'écriture de ses livres, des arbres généalogiques, une playlist et un guide des castes et des personnages.

     

    En bref, une bonne lecture, qui me fait encore plus aimer Maxon et détester Aspen !

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Jake vient juste de découvrir que son père a longtemps mené une double vie et qu’il a quatre demi-sœurs cachées : Honey, Summer, Skye et Coco. Déjà bouleversé par cette nouvelle, il voit en plus son quotidien à Londres avec sa mère tourner au cauchemar. Et il n’a nulle part où se réfugier. À part peut-être chez ses demi-sœurs dans le Somerset ? Mais il ne connaît rien de cette nouvelle famille… Est-ce qu’il y sera le bienvenu ? D’autant qu’il arrive en plein milieu du tournage d’une émission de télé-réalité…

     

     

    C'est avec un mélange de joie et de tristesse que j'écris ma chronique de ce tome. De la joie car c'est toujours un plaisir de retrouver l'univers acidulé de Cathy Cassidy, mais aussi de la tristesse car il s'agit ici du dernier tome de la saga Les Filles au Chocolat...

    Je ne peux pas trop en dire sur ce tome étant donné qu'il est directement lié au tome 5, qui concernait Honey (même si vous savez de quoi il retourne si vous avez lu le résumé plus haut... Bref...)... Sachez seulement que, pour ce tome, nous avons le point de vue d'un garçon, ce qui change par rapport au reste de la saga. Le personnage de Jake est intéressant, bien que je l'aie trouvé assez puéril par moments. Heureusement, son attitude évolue et c'est aussi ça qui fait la différence dans les romans de Cathy Cassidy : ce sont un peu des voyages initiatiques, qui permettent à tous les personnages de passer un cap. Les messages sont très bien intégrés à l'histoire et sont toujours très bien amenés.

    « La plus grande leçon que je retiendrai, c'est que fuir ne suffit pas à régler les problèmes. Pour ça, rien ne vaut le travail en équipe. »

    « J'espère pour toi que tu trouveras un jour ce que tu cherches, et que ça te rendra heureux. Il ne faudrait pas que tu te réveilles un beau matin, seul et triste, en prenant conscience que le plus important n'est pas ce que l'on possède mais les personnes qui nous entourent. La vraie richesse n'a rien à voir avec l'argent. »

    Le monde créé par l'auteur est toujours aussi enchanteur ! Je rêverais de visiter Tanglewood ! On a également le sentiment que ce tome est une vraie fin : la boucle est bouclée, les vieilles querelles sont résolues, le sort incertain de quelques personnages est maintenant tout tracé... Et n'oublions pas cette touche d'humour, toujours présente !

    « Au bout d'un moment, je m'aperçois que nous sommes suivis par un mouton. Honey m'explique qu'il s'agit de Joyeux Noël, une brebis orpheline que Coco a recueillie quand elle était bébé et qui se prend désormais pour un chien. »

    En bref, c'est la fin d'une de mes sagas coup de cœur, qui plaira à tous types de lecteurs, petits ou grands, et j'ai hâte de retrouver la plume enchanteresse de Cathy Cassidy !


    4 commentaires
  •  

     

    Qui croire quand tout le monde vous ment ?

    Allie Sheridan déteste son lycée. Son grand frère a disparu. Elle vient d'être arrêtée. Une énième fois. C’en est trop pour ses parents qui l’envoient dans un internat aux règles quasi militaire.
    Contre toute attente, Allie s’y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire et ténébreux, aussi fascinant que difficile à apprivoiser…
    Mais l'école privée Cimmeria n'a vraiment rien d'ordinaire. L’établissement est fréquenté par un fascinant mélange de surdoués, de rebelles et d'enfants de millionnaires. Plus étrange, certains élèves sont recrutés par le très discrète « Night School », dont les dangereuses activités et les rituels nocturnes demeurent un mystère pour qui n'y participe pas.
    Allie en est convaincue : ses camarades, ses professeurs, et peut être même ses parents, lui cachent d'inavouables secrets. Elle devra vite choisi à qui se fier, et surtout qui aimer.

     

     

    Je ne sais pas trop comment je vais pouvoir écrire cette chronique... Comme vous avez dû le voir un peu plus haut, je suis loin d'avoir apprécié ma lecture, la preuve en est que j'ai mis dix jours à lire ce premier tome ! DIX JOURS !!! Vous rendez-vous compte ?? Il va de soi que je ne lirai pas la suite !

    C'était niais !! Mon Dieu que c'était niais ! Pourtant, le postulat de départ laissait présager de bonnes choses, du mystère, une intrigue solide... Que nenni !! J'ai trouvé le tout d'une longueur à faire pâlir d'envie le plus fier des escargots ! Et que dire du fait que l'action commence à pointer le bout de son nez aux trois quarts du roman, qui, je le mentionne au passage, fait 466 pages ?? La seule chose à laquelle j'ai trouvé un tant soit peu d'intérêt, c'est l'école et sa Night School. J'ai aussi apprécié le fait qu'il n'y ait pas de surnaturel. Mais à part ça, l'intrigue est plate, les rebondissements facilement devinables et les personnages...

    Tiens, parlons-en des personnages ! J'ai trouvé Allie très peu convaincante : habituée à la petite délinquance, il suffit qu'elle arrive dans cette nouvelle école pour devenir une bûcheuse de premier ordre ! Après, on a Sylvain le beau gosse et Carter le ténébreux, plus Jo la fille à problèmes et Katie la petite peste... Que de clichés !! C'est bien simple, je n'ai trouvé aucun personnage crédible, ni même attachant !

    Et, cerise sur le gâteau, on se préoccupe plus des émois amoureux des uns et des autres que de l'intrigue principale ! Je rappelle que ce bouquin est quand même un thriller à la base !! En plus, pire du pire pour moi, il y a un triangle amoureux !! Au secours !!

    En bref, une énorme déception et même une corvée de finir ce roman !

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique