• La sonate de l'anarchiste | Etienne Guéreau

     

     

    Fin du XIXe siècle, Paris, Fédor est pianiste. Il interprète sans grand talent les œuvres des autres, mais se révèle étrangement être un compositeur virtuose, qui joue subtilement ses propres morceaux. Lors d'un concert où tout le monde s'ennuie, il finit par jouer une de ses pièces. La fascination est alors totale, le public plonge dans une douce torpeur, comme envoûté. Un homme important le repère alors, un commissaire qui veut utiliser Fédor pour démanteler un réseau d'anarchistes et le faire chanter. Il devra jouer une de ses propres compositions lors d'une soirée chez lui. Pendant ce temps, le public étant hypnotisé par la musique de Fédor, le commissaire pourra aller fouiller dans le coffre-fort de Mme Briguard. Fédor est contraint d'accepter de se prêter à cette mascarade. Juste avant la soirée, une belle Solange entre en contact avec lui pour profiter elle aussi de ses talents pendant le concert... Rien ne se passera comme prévu.

     

     

    Merci à Clélia et aux Editions Denoël pour cette superbe découverte.

    J'ai découvert la plume d'Etienne Guéreau à travers son premier roman, Le Clan Suspendu, que j'avais bien aimé à sa sortie. C'est donc avec joie que je le retrouve ici pour son nouveau roman, dans un univers très différent !

    Nous nous trouvons ici dans un univers à la fois historique et fantastique. Nous sommes à Paris, en 1894, en plein pendant la période anarchiste. Je suis historienne de formation, mais loin d'être une spécialiste de cette période, je ne saurais dire si le contexte a été respecté à 100%, mais mes maigres connaissances dans le domaine semblaient correspondre à l'Histoire que nous raconte l'auteur. Fédor est un pianiste de modeste renommée, mais tout cela va bien changer le jour où il se rend compte qu'il dispose d'un étrange « pouvoir » et que sa musique plonge tous ceux qui l'écoutent dans un état second, proche de la transe hypnotique... Il va être repéré par le policier Chavreuil, qui va lui proposer un bien étrange marché...

    La plume d'Etienne Guéreau ressemble au pouvoir qu'il prête à son personnage principal : elle est envoûtante, riche, hypnotique et j'avoue avoir eu du mal à poser le livre pour répondre aux impératifs de la vie quotidienne, comme aller travailler ! ;-) Les personnages sont tous intéressants et intrigants, on en vient à faire confiance quand on ne le devrait pas et à soupçonner quand on ne le devrait pas ! L'histoire est passionnante du début à la (presque) fin, car si je ne devais reprocher qu'une seule chose à ce roman, ce serait la fin, que j'ai trouvée un peu rapide...

    J'ai beaucoup apprécié la richesse en termes de vocabulaire de ce livre : le langage est soutenu, les termes musicaux sont légion et utilisés à bon escient (les titres de chapitres, par exemple). C'est un plaisir de lire un auteur français qui manie les mots aussi bien qu'il joue du piano ! Chapeau, Monsieur Guéreau !

    « Après tout, la mort restait un ultimatum, le plus simple qui nous ait jamais été adressé : Vivez. Empaquetez vos craintes, vos récriminations, vos colères, vos fausses espérances, vos idoles. Vivez ! Car l'ultimatum expire. Les menaces ne sont pas vaines. »

    En bref, une belle réussite pour ce deuxième roman de l'auteur ! J'en veux encore !

     

    « J'étais là | Gayle FormanFirebird, book 1 : A thousand pieces of you | Claudia Gray »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 25 Octobre 2015 à 16:05

    Je note, je note ! La période, l'intrigue tout pour me plaire ! ;)

    2
    Lundi 26 Octobre 2015 à 18:35

    @Aurélie : je pense en effet qu'il pourrait te plaire ! ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :