• Le sang des éditeurs | Mehdi Omaïs

     

     

    Théophile Mansardier a trente ans et vit encore chez ses parents, des couteliers de Gennevilliers. Socialement, il n'a qu'un ami. Sexuellement, c'est presque le désert. Professionnellement, il erre dans un no man's land, nourrissant obsessionnellement l'espoir de publier un premier roman pour contenter son père. A la mort de celui-ci, il jure d'y arriver. Mais Théophile se heurte à d'innombrables embûches, perd les pédales et décide d'accomplir le rêve de plus d'un écrivain : assassiner tous les éditeurs parisiens.

     

     

    Je tiens tout d'abord à remercier les Editions Pascal Galodé et Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet auteur.

     

    Ce court roman condense en moins de 200 pages une critique du monde éditorial, un jeune homme complètement paumé qui a perdu tous ses repères et des meurtres d'une grande violence. Théophile est un jeune homme de trente ans qui n'a qu'un rêve : réussir à publier son roman, Les Dieux des Souterrains. A la mort de son père, il se jure d'y parvenir. Mais hélas, il va se heurter au monde cruel de l'édition, qui ne publie que les biographies sans intérêt de sportifs ou de stars de la télé-réalité. Des nombreuses lettres de refus découlent une rage et une envie de vengeance qui vont tout balayer sur leur passage. Car Théophile a décidé d'assassiner tous les éditeurs parisiens...

     

    J'ai trouvé l'histoire prenante, sans temps morts, et l'écriture de l'auteur est agréable. L'humour noir est présent et bien dosé, ce que j'aime beaucoup dans ce genre de roman. La critique du monde éditorial fait mouche et l'on découvre avec un certain degré d'étonnement l'envers du décor du business littéraire. Malheureusement, je n'ai pas apprécié du tout le personnage principal : malgré ses pulsions meurtrières, je l'ai trouvé fade et sans intérêt. Idem pour les personnages secondaires. Les meurtres n'ont pas particulièrement capté mon attention : j'ai clairement déjà lu mieux ailleurs... La fin est satisfaisante et cohérente avec le reste du récit.

     

    En bref, je dirais qu'il s'agit d'une lecture en demi-teinte, certains éléments auraient mérité d'être mieux exploités. Dommage.

     

    « [BD] Harfang | AuroreBeyonders, tome 1 : Vers l'autre monde | Brandon Mull »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :