• Les gens heureux lisent et boivent du café | Agnès Martin-Lugand

     

     

    « Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

    Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

     

     

    Mon avis va être du même acabit que ce roman : court... En effet, en à peine 180 pages, l'auteur fait passer son héroïne par toute une palette d'émotions. Malheureusement, je suis passée complètement à côté.

     

    Diane vient de perdre son mari et sa fille dans un accident de la route. Elle sombre pendant un an dans la dépression, puis décide de partir s'installer dans un village perdu d'Irlande, laissant à Paris sa famille, ses amis et son café littéraire, Les gens heureux lisent et boivent du café. Le pitch aurait pu être intéressant mais l'auteur tombe rapidement dans le piège de tous les clichés du genre : le meilleur ami homosexuel, la veuve éplorée, la nouvelle amie complètement foldingue et le mystérieux et ténébreux voisin... qui s'avère être un parfait salaud mais dont l'héroïne va - bien évidemment - tomber éperdument amoureuse... J'ai bien aimé le personnage de Diane, même si elle est assez gamine. Hélas j'ai eu en horreur Edward. Mais si, vous vous souvenez ? Le ténébreux voisin ! Et bien, ce charmant monsieur est en réalité un rustre, vulgaire et antipathique et pourtant, il va changer d'attitude du tout au tout en quelques pages seulement ! Et oui, m'sieurs-dames, c'est la magie des livres !

     

    Trêve de plaisanterie, l'écriture n'est aucunement transcendante et quand la fin arrive, je me suis dit "tout ça pour ça ??!!" et je me suis également dit "heureusement qu'on m'a prêté ce livre et que je ne l'ai pas acheté..." 

    « Beyonders, tome 1 : Vers l'autre monde | Brandon MullLa guerre des elfes, tome 1 | Herbie Brennan »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Juillet 2014 à 12:41

    Ah c'est dommage ! Il avait l'air bien pourtant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :