•  

     

    François Carré rassemble de courtes chroniques humoristiques autour du thème de la gastronomie pour mieux aborder celui des rapports sociaux. Son pastiche culinaire est un moyen savoureux d'aborder notre difficile relation aux autres et d'épingler les codes rigides qui régissent nos modes de vie. Face au constat accablant du narcissisme et de l'animosité généralisée, l'auteur propose des «recettes» rafraîchissantes permettant de mieux vivre.
    Caustiques et pleines de vérité sur le monde, à la façon d'un Stéphane de Groodt ou d'un Philippe Delerm, ces petites chroniques douces-amères sur les tracas du quotidien sont autant de pistes pour inciter à une plus exacte connaissance de soi-même et d'autrui.

     

     

    Je remercie les Editions Denoël et Célia pour ce partenariat. Voilà un livre très atypique, mélange de sociologie, d'humour et de cuisine, qui m'a laissée perplexe...

     

     

    J'ai aimé le côté original de la présentation : le livre de recettes. Divisé en trois parties : les entrées, les plats et les desserts, plus le digestif à la fin, exactement comme dans un vrai livre de recettes. Les illustrations qui ornent chaque partie sont très bien réussies, je les ai appréciées.

     

    Il est indéniable que l'auteur a un vrai talent pour ce qui est de jouer sur les mots et pour les métaphores culinaires. Les titres des recettes sont extraordinaires de recherche, et à chaque phrase ou presque se cache un jeu de mot ou une métaphore bien pensée. Ces recettes provoquent la réflexion du lecteur et tout un chacun se retrouvera dans l'une ou l'autre d'entre elles. J'ai particulièrement apprécié la partie des entrées, et surtout le "soufflé au ton", qui est très original et très drôle.

     

     

    Malheureusement, une grande partie des recettes est trop complexe pour moi : je les ai trouvées tantôt trop obscures, tantôt trop philosophiques, et surtout indigestes si on en lit trop d'un coup. C'est un livre qui se lit par à-coups, je pense, une recette de temps en temps. Ensuite, à trop vouloir utiliser les métaphores, l'auteur finit par nous perdre et on ne voit plus du tout où il veut en venir... J'avoue avoir passé quelques passages parce que je n'y comprenais plus rien du tout !

     

    Enfin, dans de nombreuses recettes, l'auteur nous demande de nous souvenir de telle ou telle recette comme base pour repartir sur autre chose, et j'avoue en avoir été bien incapable... Surtout que les textes sont parfois tellement complexes qu'on les confond les uns avec les autres...

     

    En bref, une lecture originale mais bien trop complexe et indigeste à mon goût...


    votre commentaire
  • http://i73.servimg.com/u/f73/11/00/90/92/chat-c10.gif

     

    résumé2

     

    Quand le narrateur et sa femme emménagent un jour dans le pavillon indépendant d'une ancienne demeure japonaise, ils ne savent pas encore que leur vie va s'en trouver transformée. Car cette demeure est entourée d'un immense et splendide jardin, et au coeur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l'incarnation même de l'âme du jardin, gagné peu à peu l'abandon, foisonnant d'oiseaux et d'insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille.

     

    mon avis2

     

    Ce récit autobiographique raconte la relation qui se tisse entre le narrateur et sa femme et Chibi, le chat des voisins. Le titre avait de quoi séduire, malheureusement, je n'ai pas réussi à entrer dans l'univers de l'auteur.

     

    J'ai beaucoup aimé les descriptions de la maison et du jardin : tout est baigné d'une ambiance zen et tranquille, on se croirait dans le décor d'un des films d'animation d'Hayao Miyazaki. Le personnage du chat est aussi très intéressant et ravira tous les amateurs de félins.

     

    Néanmoins, je lui trouve quand même des points négatifs. Même s'il est court (à peine 130 pages), j'ai mis presque une semaine à le lire, tellement tout est lent ! De plus, comme c'est un récit à la première personne et que l'on suit les pensées du narrateur, on passe d'un sujet à l'autre un peu brusquement... Par exemple, on passe d'une description d'un élément du jardin ou de la maison à une méthode complète pour calculer la hauteur d'un arbre grâce à son ombre ou aux angles formés par le corps humain !

     

    En bref, un récit un peu brouillon mais plein de poésie qui n'a pas su m'emporter avec lui.

     


    2 commentaires
  • http://i14.servimg.com/u/f14/11/00/90/92/97823510.jpg

     

    résumé2

     

    L'arrivée d'un chien bouleverse forcément une tranquille vie de famille ! Mais lorsque Steven et sa femme adoptent un jeune chien dans un refuge pour l'offrir à leur fille, ils n'imaginent pas une seconde les aventures que cette petite boule de poil va leur faire vivre... Como débarque en effet avec un problème : il déteste les humains en général et son nouveau propriétaire en particulier. L'affaire est mal engagée car Como aime tellement la liberté qu'il ne cesse de fuguer. D'une intelligence exceptionnelle, il est bien décidé à entamer la santé mentale et la dignité de Steven, son compte en banque et son coeur ! La famille se met en quatre pour gagner son affection et sa confiance, et se rend vite compte qu'on ne possède pas un chien mais que c'est lui qui dirige votre existence... Et, avec beaucoup d'humour et d'émotion, Steven apprend cette leçon de vie : l'amour d'un chien, même très rebelle, peut, finalement, nous rendre plus humain !

     

    mon avis2

     

    Ce livre, c'est une histoire d'apprivoisement entre l'homme et l'animal. Como est un chien assez bizarre, avec son histoire et ses traumatismes, avec sa manie incessante de vouloir fuguer. Steven est un homme ordinaire, journaliste, qui vit une vie paisible avec son épouse et sa fille, à laquelle il a promis depuis sa plus tendre enfance de lui offrir un chien.

     

    J'ai beaucoup aimé Como, avec son caractère imprévisible. Mais à part ça, je dois avouer que je me suis ennuyée pendant toute ma lecture. Alors certes, on tourne les pages avec l'envie de savoir comment va se passer la vie de Como dans sa nouvelle famille, certes il lui arrive tout un tas d'aventures, mais Dieu que c'est plat !! Le style ne m'a vraiment pas plu, et l'auteur se livre de plus à de nombreuses digressions quasi-philosophiques qui cassent le rythme (si rythme il y a...) du récit. Les personnages n'ont pas tellement de profondeur et sont loin d'être inoubliables.

     

    En bref, un livre qui se laisse lire mais que je ne relirai sans doute pas... Dommage...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique