•  

     

    Londres, 1889. Quand une victime du choléra est retrouvée dans la Tamise, le Dr Anton Kronberg, bactériologiste de son état, est appelé pour confirmer les causes du décès. Toutes les précautions sont prises pour éviter une épidémie. Les choses auraient pu en rester là si les résultats intrigants de l'autopsie n'avaient poussé Kronberg à s'intéresser de pus près à cette affaire. Alors que Scotland Yard souhaite classer le cas, Kronberg se rapproche de Sherlock Holmes. Et il ne faut que peu de temps au célèbre détective pour percer le secret du médecin qui, en réalité, est... une femme. Un secret qui pourrait la mener droit en prison s'il venait à être révélé. Mais tous deux vont unir leurs forces pour débusquer un criminel aussi redoutable que Jack l'Eventreur...

     

     

    Je tiens à remercier Babelio et les Editions Presses de la Cité pour cette superbe découverte.

    Fan de Sherlock Holmes depuis bien des années, quand j'ai vu ce titre dans la dernière Masse Critique organisée sur Babelio, je n'ai pas hésité une seule seconde à le cocher. Et c'est avec une joie non dissimulée que j'ai pu le lire, découvrant par la même occasion un auteur que je ne connaissais pas.

    L'intrigue a de quoi nous mettre en appétit : une enquête à 'époque victorienne sur fond de tétanos et de choléra, un personnage principal qui a tout pour nous embarquer et une guest star de luxe en la personne de Sherlock Holmes !

    L'histoire donc : un cadavre est retrouvé sur les bords de la Tamise, présentant tous les signes d'une mort due au choléra. C'est au docteur Anton Kronberg que revient la mission de confirmer la maladie comme étant la cause du décès. Mais c'est sans compter sur la présence de Sherlock Holmes, aussi affûté que d'ordinaire, pour que cette enquête banale à première vue ne bascule dans un tout autre registre... Une intrigue passionnante donc, qui ne nous laisse pas un instant de répit tant on est bousculés d'un rebondissement à l'autre sans aucun temps mort. De plus, l'auteur a parfaitement su recréer l'atmosphère de l'époque, des bas-fonds de Londres en passant par le 221B Baker Street. J'ai également beaucoup apprécié le fait que tout ne soit pas résolu à la fin du roman, ce qui laisse présager de nouvelles aventures pour la suite, ce tome étant le premier d'une trilogie. J'espère que Presses de la Cité ne va pas nous faire languir trop longtemps avant la sortie du deuxième tome !

    Les personnages sont tous fascinants, à commencer par notre héros, Anton Kronberg, ou plutôt devrais-je dire notre héroïne Anna Kronberg ! Voilà ce qui fait la plus grande force de ce personnage, cette dualité dans sa personnalité. Une femme se grimant afin de pouvoir exercer un métier exclusivement masculin, ayant tout de même bien en tête les répercussions catastrophiques que la découverte de son secret engendreraient, elle n'en est pas moins déterminée, intelligente et elle ne se laisse pas faire par le caractère difficile de notre bon ami Holmes. D'ailleurs, parlons un peu de notre cher détective : il est tout à fait conforme au personnage créé par Sir Arthur Conan Doyle, dans toutes les facettes de sa personnalité. J'ai aimé le fait qu'il soit un personnage secondaire mais qu'il prenne tout de même une place très importante dans le roman. Les autres personnages nous feront ressentir soit du dégoût soit de la compassion.

    La plume de l'auteur est hyper agréable et on sent que son métier de microbiologiste a été mis au service des aspects bactériologiques présents dans ce livre. Le tout me semble particulièrement bien recherché, de même que la mise en contexte dans l'époque victorienne.

    En bref, un énorme coup de cœur pour cette découverte ! J'ai hâte de lire la suite !

     

      


    2 commentaires
  •  

     

    S'il est une chose que j'aimerais savoir, c'est pourquoi ma mère m'a nommée "Enola".
    Enola qui, à l'envers, se lit : alone. En anglais : seule. Et c'est bel et bien seule que je me suis retrouvée le jour de mes quatorze ans, ma mère ayant disparu de notre manoir de façon inexpliquée. J'ai alors été contrainte d'en informer mes frères aînés que je n'avais pas revus depuis dix ans - Mycroft et Sherlock Holmes. Or ce n'était pas eux qui allaient m'être d'un grand secours. Jugeant que mon éducation laissait à désirer, Mycroft n'avait qu'une idée : m'expédier en pension pour faire de moi une lady.
    En outre, Sherlock estimait ma capacité crânienne bien trop limitée pour pouvoir résoudre le mystère de cette disparition. J'étais pourtant la seule à avoir décelé des indices dont mon détective de frère n'avait pas la moindre idée. C'est donc le coeur empli d'espoir, que j'ai décidé, malgré mes appréhensions, de partir à la recherche de ma mère. Seule.

     

     

    Quelle agréable découverte que ce roman jeunesse ! J'avoue que je partais avec des a priori, mais au final je ne suis pas passée loin du coup de cœur !

     

     

    Tout d'abord, j'ai adoré l'héroïne : Enola est intelligente, indépendante et refuse les règles. En cela, elle ressemble beaucoup à son frère Sherlock ! C'est une héroïne réaliste, qui n'est pas exempte de défauts. Les autres personnages sont tout aussi réussis, avec tout de même une mention spéciale pour Sherlock et Mycroft. Ils sont conformes au Canon, sont assez présents pour ne pas ressentir leur rôle secondaire, mais pas trop présents au point d'occulter Enola. 

     

    Au niveau de l'histoire, l'intrigue est intéressante et donne du grain à moudre pour la suite car tout n'est pas résolu et de nombreux point d'ombre subsistent à la fin de ce premier tome. La plume de l'auteur est agréable et fluide mais sans être trop simple. Elle utilise en effet certains termes de vocabulaire propres à l'Angleterre Victorienne mais les termes les plus complexes sont expliqués à l'aide de notes de bas de page. L'humour est également bien présent et apporte une touche de fraîcheur à l'ensemble.

     

    Enfin, le contexte historique est impeccablement restitué et on en apprend beaucoup que la condition féminine et les devoirs de la femme à cette époque. C'est un point que j'ai beaucoup aimé et qui, curieusement, n'est jamais évoqué dans les aventures originales de Sherlock Holmes ! En cela, avoir un point de vue féminin change beaucoup de choses sur la perception que l'on a de cette société Victorienne.

     

     

    Les seules choses qui m'empêchent d'attribuer le coup de cœur sont la simplicité de l'intrigue et parfois les grosses ficelles utilisées : Enola n'a que quatorze ans mais fait et dit des choses que l'on retrouverait normalement chez un personnage adulte...

     

    En bref, une excellente découverte qui me donne bien envie de découvrir les cinq autres tomes de cette série ma foi fort sympathique !

     

     


    2 commentaires
  • Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia

     

    Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia

     

    Londres, été 1888. Sous une chaleur suffocante, la ville est saisie d'horreur par les premiers meurtres de celui qu'on surnommera bientôt " Jack l'Eventreur ". Mais que fait donc à cette époque le célèbre Sherlock Holmes ? Pourquoi aucune de ses enquêtes ne mentionne t elle la plus fameuse affaire criminelle qu'ait connue l'Angleterre de son temps ? C'est ce que va découvrir George Newnes, l'éditeur du docteur Watson, lorsque ce dernier, bien des années plus tard, lui confie le journal de l'enquête qu'il mena aux côtés de Holmes sur l'insaisissable tueur en série non sans l'avertir : " Toutes les histoires ne sont pas bonnes à raconter... On n'invoque pas sans risque la mémoire de Jack l'Éventreur. "

     

    Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia

     

    Je ne sais trop quoi penser de ce livre... Faut-il crier au génie ou au scandale ? Peut-être pourrais-je apporter une réponse à cette question en fin d'article ! Êtes-vous prêts à embarquer dans une aventure au coeur des bas-fonds de Londres en compagnie du plus génial des détectives et du plus célèbre des meurtriers ?

     

    Tout d'abord, ce roman est dense. Très dense. Et très bien documenté. Bob Garcia nous plonge à la perfection dans le Londres crasseux de 1888. Les descriptions sont légions et n'alourdissent pas le récit, contrairement à ce que l'on aurait pu penser en voyant les presque 700 pages de récit. L'intrigue a de quoi nous mettre l'eau à la bouche : pour financer la fondation Watson, le bon (et vieux) Docteur livre à son éditeur un manuscrit qu'il avait gardé précieusement jusque là. Comment expliquer qu'aucune aventure de Sherlock Holmes ne soit parue pendant les terribles méfaits de Jack l'Eventreur ? Peut-être parce que le détective était déjà sur l'affaire...

     

    L'histoire aurait pu être bonne, mais malheureusement la résolution de l'intrigue ne me convient pas, mais alors pas du tout ! J'étais O_0 pendant les 150 dernières pages !! Autre (gros) point négatif : le travail sur les personnages. Holmes et Watson ne correspondent pas du tout au Canon de Arthur Conan Doyle ! Alors, je ne suis pas du tout contre le fait de s'éloigner des personnages d'origine, sinon je ne lirais pas de pastiches et me contenterais de l'oeuvre originale, mais là, faut pas pousser mémé dans les orties quand même !! Watson est ridicule dans ce roman : la façon dont il se comporte avec les femmes m'a tout particulièrement gênée... Holmes passe lui pour quasiment le méchant de l'histoire, et la fin à son sujet a fini de m'achever ! Quant à Jack l'Eventreur, c'est une catastrophe... Dommage, car l'idée de base de ce roman, à savoir opposer ces deux fantastiques personnages, avait du potentiel !

     

    Pour rattraper tout cela, une écriture fluide et agréable à lire, mais à éviter si vous n'aimez pas le gore car les descriptions détaillées ne manquent pas ! Pour ma part, cela ne m'a pas dérangée, étant habituée à pire que ça (Stephen King, bonjour !). L'humour est très présent également et j'avoue avoir ri à plusieurs moments de ma lecture. 

     

    Au final, en relisant cette chronique, je me rends compte qu'en définitive, je vais crier au scandale...

     

    Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia

     

    Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia

     

    Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur | Bob Garcia

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    1909 : La France a perdu la guerre de 1870 et l'Alsace-Lorraine est entrée dans le IIe Reich. Son nouveau maître, Guillaume II, investit son énergie et ses précieux Goldmarks dans la région. Mais derrière l'intérêt qu'il semble afficher pour l'Alsace se cachent peut-être d'autres projets... Pourquoi s'est-il pris de passion pour cette vaste ruine qu'est le château du Haut-Kœnigsbourg ? Pourquoi s'acharne-t-il à la relever et pourquoi, depuis que le bâtiment a été inauguré, y reçoit-il secrètement son état-major ? Dans la campagne anglaise, Sherlock Holmes goûtait aux joies de la retraite ; cette affaire autour de la forteresse va l'obliger à reprendre du service. Voilà donc le détective le plus célèbre de tous les temps qui débarque en Alsace. Qui est un ami ? Qui est un espion ? Elémentaire ? Pas tant que ça, mon cher Watson...

     

     

    Lorsque j'ai commencé la lecture de ce pastiche holmésien, je me suis demandée où diable l'auteur allait m'emmener. En effet, tout commence...au temps des Croisades ! Je me demandais où diable on allait trouver Sherlock Holmes... Mais heureusement, les 30 premières pages ne sont qu'une introduction historique, afin de bien nous positionner dans le contexte (allergiques à l'Histoire s'abstenir). Puis nous retrouvons Holmes et Watson, appelés par ce cher Mycroft au fameux Club Diogène. Là-bas, "Brother Dear" demande à nos deux amis d'aller enquêter en Alsace, au château du Haut-Koenigbourg, car une arme y est cachée, qui ne doit pas tomber aux mains des Allemands. Rappelons que nous sommes à la veille de la Première Guerre Mondiale tout de même...

     

    J'avoue avoir un avis assez mitigé sur ce titre... L'intrigue est bonne sans être révolutionnaire, j'ai été surprise par ce qu'est cette fameuse "arme" et le côté historique m'a plu. De plus, on sent que l'auteur connaît son sujet au vu des nombreuses références aux aventures originales du détective. Mais (car il y a un mais) le fait qu'il s'agisse de littérature régionale fait qu'il y a de nombreuses descriptions de l'Alsace et ses châteaux et au bout d'un moment, ça lasse et ça fait un peu guide touristique. Ensuite, le point qui m'a vraiment gênée concerne les deux héros principaux. Je n'ai pas retrouvé les personnages créés par Sir Arthur Conan Doyle, surtout pour Sherlock, un peu moins pour Watson. Ça manquait de saveur, de déductions.

     

    Au final, une lecture agréable mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable à cause du manque de relief du personnage de Sherlock Holmes.

     


    votre commentaire
  • http://i82.servimg.com/u/f82/11/00/90/92/c_les-11.jpg

     

    résumé2

     

    A la demande de son frère Mycroft, Sherlock Holmes se rend à une séance de spiritisme pour démasquer un faux médium.

    Il y rencontre un personnage inquiétant, Sebastian Melmoth, un spirite obnubilé par la vie après la mort.

    Peu de temps après, un meurtre est commis au British Museum, où un papyrus égyptien a été volé.

    Celui-ci contiendrait le secret du Papyrus des morts, censé donner la vie éternelle. L'enlèvement de l'archéologue sir Alistair Andrews met Holmes et Watson sur la piste de Sebastian Melmoth, mais ils découvrent que celui-ci est mort et enterré.

    A moins que cette mort ne soit qu'une mise en scène...

     

    mon avis2

     

    Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio ainsi que les éditions Fetjaine pour ce partenariat.

     

    J'avais eu un énorme coup de coeur pour le premier tome de ce pastiche holmésien. La suite a-t-elle répondu à mes attentes ? Oui et non, je dirais...

     

    On retrouve nos amis dans une enquêtes aux accents fantastiques. La mythologie égyptienne est au coeur de l'intrigue, de même que la vie après la mort. Plusieurs meurtres et morts non élucidés mettent nos amis sur la trace du mystérieux Livre des Morts, qui contiendrait le secret de la résurrection. J'avais hâte de voir comment l'auteur allait s'en sortir après un premier tome très réussi. Autant dire que le pari est gagné ! La plume est toujours aussi agréable, les personnages sont fidèles au Canon (Holmes qui garde par devers lui certains éléments cruciaux de l'enquête et qui ne les dévoile qu'au dernier moment de façon théâtrale), mais l'intrigue est un peu trop simple à mon goût. J'en ai percé les tenants et les aboutissants facilement. Malgré tout, les personnages secondaires sont très bien pensés (Sebastian Melmoth glace le sang ! Brrr...).

     

    J'aurais juste deux petits regrets : la position d'agent double de Watson enlève du piment à l'intrigue, et j'aurais aimé qu'on nous éclaire plus sur ce personnage double - triple ? - que l'on avait découvert dans le premier tome, de même que sur Mme Hudson... Ceux qui ont lu le premier opus comprendront...

     

    Néanmoins, j'ai beaucoup apprécié ma lecture et j'espère d'autres tomes au plus vite !

     

    MiniLogoDilettantessansfond challenge sherlock holmes v2

     

    http://i82.servimg.com/u/f82/11/00/90/92/lire-e10.png

     

     


    4 commentaires
  • http://i82.servimg.com/u/f82/11/00/90/92/c_les-10.jpg

     

    résumé2

     

    Médecin militaire en Afghanistan en 1880, John Walker fuit l'horreur des combats pour se réfugier dans l'alcool. Déshonoré, il est chassé de l'armée et renvoyé en Angleterre. Lors du voyage de retour, il tombe entre les mains d'un mystérieux réseau aux activités troubles. Il découvre bientôt que le chef en est le professeur Moriarty, qui le rebaptise Watson et lui confie la mission d'espionner un jeune détective dont la réputation ne cesse de croître à Londres, Sherlock Holmes.Mais Watson et Holmes se lient bientôt d'amitié et le docteur s'efforce alors de se défaire de l'emprise de Moriarty. Une entreprise mortelle.

     

    mon avis2

     

     

    Il m'a fallu quelques jours avant de pouvoir mettre au point cette chronique, tant cette lecture a été un énorme coup de coeur et m'a littéralement scotchée !

     

    Holmésienne devant l'éternel, j'avoue avoir tremblé en lisant le résumé ! Quelle audace de revisiter ainsi le Canon ! Mais au vu des nombreux avis positifs qui émanaient de la blogosphère et étant donné que je vais prochainement recevoir le deuxième tome grâce à une Masse Critique Babelio, je me suis lancée.

     

    Nous rencontrons donc John Walker, médecin militaire à la dérive en Afghanistan. Un soir, il en a ras-le-bol de voir mourir tous ces jeunes soldats, il décide qu'une bonne cuite au cognac est la solution idéale (mais pas à 7% ! ^^). Résultat : emprisonnement, traduction en cour martiale et renvoi manu militari au pays... Mais sur le bateau, notre bon Docteur rencontre un homme chargé d'un "recrutement" un peu spécial : celui du terrible professeur Moriarty, le Napoléon du Crime ! La nouvelle mission de Walker, désormais Watson : espionner Sherlock Holmes, jeune détective ambitieux, devenir son ami et l'empêcher de mettre son nez dans les affaires du distingué Professeur...

     

    J'admire l'auteur, pour sa manipulation du Canon ! Quel talent de réussir à remodeler à sa guise les premières enquêtes du célèbre duo (Une Etude en Rouge, Le Signe des Quatre, L'Interprète Grec et Le Problème Final) sans en perdre la substantifique moelle et surtout en étant cohérent de A à Z ! Souvent, je me suis demandée comment l'auteur allait adapter tel ou tel détail et, à chaque fois, me voilà bluffée ! On se rend compte aussi, à travers ce premier tome, de la main mise extraordinaire de Moriarty : on ne peut rien lui cacher, il voit tout, il sait tout ! Le problème, pour lui, c'est que Watson va réellement s'attacher au détective... Les personnages sont superbement retranscrits et collent parfaitement au Canon, même si certains nous réservent quelques surprises... Une réelle précision dans les détails, une écriture fluide et très agréable à lire, un point de vue différent de tout ce que l'on a pu lire jusqu'alors, de l'action, des déductions : un cocktail explosif pour une série que je ne manquerai pas de suivre tant elle m'a marquée par son premier tome !

     

    challenge sherlock holmes v2

     

    MiniLogoDilettantessansfond


    7 commentaires
  • http://i40.servimg.com/u/f40/11/00/90/92/the-sh11.jpg

     

    résumé2

     

    Le mariage de Watson perturbe la vie de Holmes. Pourtant, c'est une bonne occasion pour Watson d'expliquer leur première rencontre à sa femme. Mais depuis le départ de Watson, Holmes se laisse aller jusqu'au moment où son meilleur ami lui rend visite et qu'un client se pointe à sa porte. Et ce client n'est pas n'importe qui. C'est le roi de Bohème en personne qui s'est déplacé pour confier à Holmes un problème politiquement et diplomatiquement très délicat !

     

    mon avis2

     

    Voici donc enfin arrivé dans nos contrées le deuxième tome des aventures du plus célèbres des détectives ! On reprend là où s'était arrêté le premier tome : Mary demande à John comment lui et Sherlock se sont rencontrés. S'ensuit la rencontre proprement dite entre les deux hommes, rencontre qui n'est pas dénuée d'humour ! Puis on bascule du côté de Holmes, qui se sent bien seul depuis que Watson a emménagé avec Mary et qui se laisse aller... Un nouveau personnage du Canon fait alors son apparition pour proposer une enquête au détective. Vous l'avez deviné, il s'agit de ce bon vieux Lestrade ! Encore une fois, les personnages collent parfaitement à l'univers holmésien ! S'ensuit alors le début d'une des enquêtes les plus célèbres de Sherlock Holmes, qui implique LA Femme ! Mais hélas, la fin du tome arrive trop vite, en plein milieu de l'enquête et je brûle de lire la suite, même si je sais déjà ce qui va arriver !

     

    Les dessins sont toujours aussi fins et l'auteur parvient, sans s'y connaître à la base, à reproduire les décors et les costumes à merveille ! On a plaisir à voir se développer la relation entre Holmes et Watson, toujours toute en subtilité et c'est une des nombreuses choses qui me plaisent dans ce manga ! C'est aussi l'occasion pour les néophytes de découvrir Sherlock Holmes via le manga avant de s'attaquer au Canon !

     

    En conclusion, je recommande à tout le monde, autant aux Sherlockians qu'à ceux qui feraient leurs premiers pas dans l'univers holmésien !

     

    MiniLogoDilettantessansfond challenge sherlock holmes v2


    7 commentaires
  • http://i40.servimg.com/u/f40/11/00/90/92/defi_a10.jpg

     

    résumé2

     

    Londres à la fin du XIXe siècle...

    Une série de crimes particulièrement atroces tient la police en échec. Et voilà que le mystérieux assassin va jusqu'à lancer un défi à Sherlock Holmes en personne ! Une femme de la haute société, la bonne d'un prêtre, une couturière un égyptologue de renom, mais qui seront les prochaines victimes ?

     

    mon avis2

     

    En règle générale, dès qu'il est écrit Sherlock Holmes sur la couverture d'un livre, je fonce sans même me renseigner auparavant sur les avis des lecteurs ou les autres livres de l'auteur. Et là, force est de constater que le bilan est plus que mitigé...

     

    Il y a tout de même des points positifs : l'auteur se donne beaucoup de mal pour rester fidèle au Canon, avec de nombreuses références aux aventures passées comme Le Chien de Baskerville ou Le Signe des Quatre, et c'est toujours ce bon vieux Watson qui nous raconte l'histoire. De même, elle semble très bien documentée sur le Canon, de par les petits détails qui jalonnent le récit et qui démontrent une bonne connaissance de l'univers d'Arthur Conan Doyle. J'ai également beaucoup apprécié la présence de personnages contemporains à Sherlock Holmes comme Oscar Wilde, Bertillon ou ce cher Professeur Moriarty. D'autre part, le style, bien qu'étant très très axé jeunesse, n'en est pas moins fluide et très agréable à lire. Je n'ai pas réussi à décrocher du livre avant d'avoir eu le fin mot de l'histoire. Enfin, l'enquête se laisse suivre mais pas mal d'éléments ont gêné ma lecture...

     

    J'en viens donc logiquement aux points négatifs de ce roman : le grand méchant de l'histoire (le Cancrelat, franchement, on a trouvé mieux comme nom...) n'est pas crédible du tout ! On dirait que l'auteur a voulu copier le Professeur Moriarty sans y arriver... Même constat à propos d'Ariane Saint-Cyr : une pseudo Irène Adler, qui est soi-disant l'égal de Holmes et avec qui ce dernier va vivre une idylle ! Impensable pour les Holmésiens ! Ensuite je trouve que l'enquête est résolue à la va-comme-je-te-pousse comme on dit chez moi ! J'avoue n'avoir pas tout compris à la résolution, et pourquoi le grand méchant avait choisi ces victimes-là en particulier... Et je garde le pire (selon moi) pour la fin : l'épilogue ! Au secours !! Comment peut-on faire tout un roman en se forçant à respecter le Canon si c'est pour finir comme ça, à l'opposé du travail d'Arthur Conan Doyle ??

     

    Bref, un bilan assez mitigé, je suis déçue et je ne pense pas que je le relirai...

     

    MiniLogoDilettantessansfond challenge sherlock holmes v2


    1 commentaire
  • http://i30.servimg.com/u/f30/11/00/90/92/shfdel10.jpg

     

    résumé2

     

    1891, Alors que toute l'Angleterre le croit mort et enterré, Sherlock Holmes, fin mélomane, vivote à Paris en donnant des cours de musique sous un nom d'emprunt.

    Apprenant que le prestigieux orchestre de l'Opéra recrute un violoniste, il parvient à se faire engager. Mais, très vite, il découvre que le Palais Garnier est le théâtre d'événements étranges. Le fantôme de l'Opéra existerait-il ? A défaut, comment expliquer les accidents qui y surviennent ? Et les voix que chacun dit entendre résonner dans le labyrinthique édifice ? Chargé de protéger une jeune soprano, le célèbre détective va se lancer dans une chasse à l'homme à travers le Paris nocturne et souterrain.

    Une course contre la montre... et la police française.

     

    mon avis2

     

    Quand on regroupe dans un seul et même ouvrage mes deux héros de fiction favoris, à savoir Sherlock Holmes et le Fantôme de l'Opéra, comment voulez-vous que je résiste ?? La réponse est simple : je ne résiste pas ! ^^

     

    Avant de me lancer dans le vif du sujet, je tiens à souligner que - l'auteur l'a réussi - il faut connaître un minimum les deux univers, sinon vous serez un peu paumés ! ^^ Après ces quelques mises en garde, fonçons tête baissée vers l'Opéra Garnier !

     

    Nous retrouvons notre ami Sherlock qui, à la demande de Watson, délaisse quelques temps ses chères abeilles pour nous conter une des aventures qu'il a vécues pendant son Grand Hiatus. On le retrouve donc à Paris, embauché comme violoniste à l'Opéra Garnier. Mais voilà qu'on lui parle d'un fantôme ! Pour un esprit aussi cartésien que le sien, voici qui relève de la fantaisie ou de la démence ! Quoique... On suit donc les pérégrinations de notre détective pour tenter de percer ce mystère...

     

    Les personnages sont bien respectés, quelque soit l'univers, de même que les grandes lignes de l'histoire du Fantôme, que je garderai secrète pour ne pas gâcher le plaisir de lecture ! Je vous dirai juste que les pièges du Fantôme donnent froid dans le dos... L'enquête, quant à elle, maintient le suspense jusqu'au bout, même si l'on se doute de la fin quand on connaît l'issue de l'oeuvre originale de Leroux.

     

    Bref, un très bon pastiche holmésien que j'ai beaucoup apprécié !

     

    MiniLogoDilettantessansfond challenge sherlock holmes v2


    9 commentaires
  • http://i40.servimg.com/u/f40/11/00/90/92/97827010.jpg

     

    résumé2

     

    Les aventures de l’Homme à la casquette plate et de la Maison de soie ont été, d’un certain point de vue, les plus sensationnelles de la carrière de Holmes. Seulement, à l’époque, il m’a été impossible de les raconter pour des raisons qui apparaîtront clairement au lecteur. Cependant, j’ai toujours eu le désir de les écrire, afin de compléter le canon holmésien.

    C’était impossible plus tôt : les événements que je vais décrire étaient trop monstrueux, trop choquants pour être imprimés. Ils le sont toujours aujourd’hui. Je n’exagère rien en affirmant qu’ils pourraient mettre à mal le tissu tout entier de notre société, ce qui, particulièrement en temps de guerre, est une chose que je ne peux risquer. Une fois ma tâche accomplie, à supposer que j’aie la force de la mener à bien, j’empaquetterai le manuscrit et je l’enverrai dans les coffres de Cox and Co., à Charing Cross, où certains autres de mes papiers personnels sont conservés. Je donnerai comme instruction que, de cent ans, le paquet ne devra pas être ouvert. Il est impossible d’imaginer à quoi le monde ressemblera alors, mais peut-être mes futurs lecteurs seront-ils mieux immunisés contre le scandale et la corruption que mes contemporains. Je leur transmets ici un dernier portrait de Mr Sherlock Holmes.

    Dr John Watson

     

    mon avis2

     

     

    Tout d'abord, je tiens à signaler que je suis une immense fan de Sherlock Holmes, comme le prouve mon appartenance à la Société Sherlock Holmes des Dillettantes, et que tout pastiche me fait un peu peur car je crains toujours de ne pas retrouver l'ambiance si particulière que parvenait à créer Arthur Conan Doyle. Mais, je vous le dis tout de suite, j'ai été littéralement scotchée par le talent d'Anthony Horowitz !

     

    Nous nous retrouvons au début de l'histoire avec un cas en apparence banal : un marchand d'art est suivi puis victime d'un cambriolage. Rien qui ne semble très attirant pour notre détective, mais c'est sans compter sur les rebondissements inattendus qui vont densifier l'enquête et nous faire passer, pauvres lecteurs, des opulents manoirs aux plus sordides bas-fonds de Londres.

     

    L'auteur parvient avec une incroyable justesse à continuer dans la lignée de son illustre modèle. Les personnages sont fidèles à eux-mêmes, bien que je n'aurais pas renâclé à voir un Holmes plus caustique tel que l'on a pu le voir dans certaines de ses aventures. Le narrateur est, bien évidemment, ce bon Docteur Watson, qui tient un rôle plus important, je trouve, que dans le Canon, bien que Holmes soit toujours un pas en avant sur lui. Mais là où Horowitz apporte sa pierre à l'édifice, c'est dans la description de la société londonienne de 1890, dans ses bons mais surtout dans ses mauvais côtés. L'on assiste à une réflexion de Watson sur la société de l'époque et sa non considération envers certaines couches de la population, comme les orphelins.

     

    Du côté de l'intrigue, tout est rondement mené. On ne sait jamais de quel côté de la loi se trouvent les personnages et l'on assiste à des retournements de situations parfois surprenants ! On retrouve également avec plaisir tous les personnages du Canon : Mycroft, Lestrade, Mrs Hudson, les Irréguliers de Baker Street... De nombreuses références aux autres affaires du duo m'ont fait sourire. Et la révélation finale ne peut que vous surprendre !

     

    A coup sûr, nous tenons là le digne successeur de Sir Arthur Conan Doyle, qui, il est important de le signaler, a été publié avec l'autorisation des descendants de l'auteur, une assurance de plus de la bonne qualité de l'oeuvre !

     

    MiniLogoDilettantessansfond challenge sherlock holmes v2

     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique