• Young Elites, tome 1 | Marie Lu

     

     

    Adelina a survécu à l’épidémie qui a ravagé son pays.
    D’autres enfants, comme elle, ont survécu, la maladie laissant sur leur corps d’étranges marques. Les cheveux d’Adelina sont passés de noir à argenté, ses cils sont devenus blancs et une cicatrice barre la moitié gauche de son visage. Son père voit en elle une malfetto, une abomination, une disgrâce pour son nom et sa famille, synonyme de malédiction. Mais la rumeur dit que les survivants ont gagné davantage que des cicatrices : ils auraient acquis de mystérieux super-pouvoirs. Et, bien que leur identité demeure secrète, ces survivants ont déjà un nom : les Elites.

     

     

    Je remercie Livraddict et les Editions Castelmore pour m'avoir permis de découvrir cette merveille.

    Dire que j'ai aimé ce livre est un doux euphémisme. J'avais beaucoup aimé le premier tome de Legend, l'autre saga de l'auteur, alors non seulement ce premier tome me donne envie de continuer avec Legend, mais j'ai tellement hâte de découvrir la suite de Young Elites (qui sort en VO le 13 Octobre prochain) que j'ai commandé le tome 1 en VO et pré commandé le tome 2 !

    Aussi, dire que j'apprécie la plume de Marie Lu est la stricte vérité. J'irai même jusqu'à dire qu'elle a atteint de nouveaux sommets avec Young Elites. Son écriture est riche, dynamique, pleine d'action et juste formidable ! Je résumerais l'univers créé dans YE comme une rencontre entre Game of Thrones et Anna Karénine en plein cœur de la Venise de la Renaissance, mais en plus mortelle.

    Les personnages sont tous sombres, sans exception. Ici, aucun héros au cœur pur, ne rêvant que de licornes et de gambader dans la prairie... OK, j'exagère un peu, mais vous avez saisi l'idée, non ? Ces personnages-là, ils ont de l'épaisseur, de la profondeur, ils sont complexes, ils ne sont pas noirs ou blancs mais sont tous faits de nuances de gris. L'auteur nous entraîne sur une fine corde tendue au-dessus du vide et on ne sait pas si on va basculer du côté clair ou du côté obscur ; elle nous fait réévaluer nos idéaux et ce qui nous paraissait horrible devient soudain complètement compréhensible et même normal.

    Par exemple, lors de certaines actions d'Adelina, je me disais « ma fille, calme-toi, ne fais pas ça, c'est mal » pour finalement me dire « au diable la morale ! Tu as droit à ta vengeance, vas-y, fais les saigner, fais-les souffrir, qu'ils te demandent pitié ! ». Et je vous avoue que j'ai adoré ça ! Aucun livre ne m'avait fait traverser autant d'émotions contradictoires !

    J'ai adoré le personnage d'Adelina, son comportement presque animal parfois, sa violence, ses instincts meurtriers et son ambition. J'ai aussi aimé des peurs et la voir se débattre pour combattre la noirceur de son cœur. C'est là que l'on se rend compte qu'un bon anti-héros, voire même un méchant, a énormément de potentiel pour être au centre de l'histoire. Pourquoi toujours raconter les aventures du gentil héros ? L'évolution du personnage est exceptionnelle et la fin laisse présager une suite extraordinaire ! Merci Marie Lu de n'avoir pas construit votre livre autour de personnages parfaits et gentils !

    « C'est mon tour de jouer les marionnettistes. C'est mon tour de faire du mal. Mon tour. »


    Les autres Elites ne sont pas en reste et je les ai adorées ! Raffaele est super intrigant, un personnage au caractère fort, qui m'a surprise sur la fin ! Je sens qu'il va prendre une importance capitale dans le deuxième tome... J'ai aimé son amitié avec Adelina et les descriptions qu'en fait l'auteur sont criantes de réalisme. Enzo, quant à lui, est totalement différent : c'est un leader, fort et respecté de tous. Là aussi, avec le rebondissement de la fin, j'ai hâte de voir ce que l'auteur va pouvoir faire dans le tome suivant... Idem pour Geema, Lucent, Michel... Au contraire, j'ai éprouvé une grande antipathie pour Teren, le roi et la reine et je n'avais qu'une envie pendant toute ma lecture : leur mettre des baffes ! Même si Teren est assez terrifiant, il faut bien l'avouer... Je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas aimé non plus la sœur d'Adelina... J'ai l'impression qu'elle cache beaucoup de choses...

    La romance est présente, on ne peut le nier. Mais elle est si bien amenée qu'elle ne gâche en rien l'intrigue : ni trop présente ni trop absente, juste ce qu'il faut.

    Enfin, parlons de l'univers tissé par l'auteur. Le système de magie est génial et j'ai aimé apprendre comment s'en servir en même temps que les différents protagonistes. Quant au décor, c'est bien simple, je me serais crue revenue en Italie en pleine Renaissance ! Il y a du vocabulaire italien (rien de bien méchant, je vous rassure!), les bâtiments, les costumes... Tout rappelle cette période éclatante de l'Histoire italienne. En plus, la plume de Marie Lu est tellement immersive que l'on s'y croit sans peine ! Je préfère prévenir les éventuels futurs lecteurs : l'univers est assez sombre et violent...

    En bref, comme vous l'aurez compris, cette lecture a été un véritable coup de foudre pour moi ! Je classe d'ores et déjà ce livre dans mes livres préférés de tous les temps et je n'attends qu'une chose : lire la suite !!

    « [Terminé] Challenge | Read in English 2015-2016Les Anges Déchus, tome 1 : Hush, Hush | Becca Fitzpatrick »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Septembre 2015 à 08:48

    Un excellent premier tome. J'attends de voir comment la suite va tourner, pour savoir si ça va faire partie de mes sagas préférées yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :